Appel à contributions – Clio. Femmes, Genres, Histoire: numéro « Citoyennetés »

La revue Clio. Femmes, Genre, Histoire lance un appel à contributions pour un numéro intitulé « Citoyennetés »

 

Les propositions doivent être envoyées avant le 10 décembre 2014.

Le pluriel du titre choisi pour ce futur dossier de la revue Clio, Femmes, Genre, Histoire invite à réfléchir à la plasticité et à la polysémie du concept de citoyenneté, aux mots traduits par « citoyen.ne.s » ou « citoyenneté » dans différentes langues, à la diversité des pratiques en montrant comment l’histoire des femmes et du genre a contribué à redéfinir le vocabulaire et les contours de ce que nous appelons la citoyenneté et donc notre conception du politique. Il s’agit par conséquent d’interroger nos catégories et pratiques contemporaines et occidentales, en les confrontant à celles d’autres périodes et d’autres sociétés.

En effet, la participation de tous et de toutes aux affaires collectives est désormais un enjeu partagé et une revendication forte pour nombre de peuples en lutte. Dans cette perspective, l’histoire de la citoyenneté se lit comme celle de l’émancipation des individus, d’une autonomie sans cesse réaffirmée dans le cadre idéal des « droits universels ». Or la notion de citoyenneté est d’abord une notion occidentale, construite dans une perspective généalogique qui donne l’illusion d’une continuité voire d’une invariance entre l’Antiquité classique – présentée comme l’origine et le lieu d’une définition authentique de la citoyenneté – et nos sociétés contemporaines.

Initialement, cette citoyenneté s’est débord définie par l’exercice de droits dits politiques. Le cercle des citoyens s’est progressivement élargi, de quelques privilégiés à, idéalement, l’ensemble des adultes résidents stables d’un territoire donné. Cette citoyenneté a été d’abord définie au travers d’expériences qui furent très longtemps réservées à des hommes. Elle s’est ainsi imposée comme un privilège lié à la filiation, à la fortune, à la résidence et au genre.

Nombre de travaux ont contribué à analyser cette réalité, à l’expliquer, sans que les auteurs soient toujours d’accord sur les raisons, les modalités, le tempo de l’exclusion des femmes du politique.

L’historiographie a aussi montré que loin de se limiter au droit de vote et d’éligibilité, la citoyenneté suppose l’acquisition et l’exercice de droits civils, économiques et sociaux. La notion de « citoyenneté sociale » s’est ainsi imposée au terme de débats importants. Le concept de citoyenneté au sens large intègre par conséquent les pratiques sociales et politiques qui ne sont pas seulement du ressort du droit ou de son affirmation mais résultent de rapports sociaux plus complexes où les inégalités de genre croisent les inégalités économiques et culturelles.

En choisissant de considérer les citoyennetés au pluriel nous voulons confronter des définitions et des pratiques différentes de l’accès à la prise de décision collective, des échelles de réflexion variées (celle du village, de la cité, de la commune, de l’Etat, de l’empire, d’une fédération), qui ne lient pas exclusivement la citoyenneté à la configuration de l’État-nation territorialisé.

 

Plusieurs axes de réflexion sont proposés, qui ne sont pas exclusifs les uns des autres et nous invitons vivement les auteur-e-s à proposer des articles croisant ces différents axes.

  •  Le premier axe de réflexion pourra être celui des mots et de ce qu’ils recouvrent, du lexique et de ses usages (et donc des effets de traduction). Derrière les mots, quels types de privilèges, de statut, de droits ou de devoirs dans différents contextes historiques ? Que traduit-on par citoyen, par citoyenne, par citoyenneté dans différentes sociétés et à différentes époques ? Dans chaque communauté se rencontrent des termes différents : celui de citadinité (cittadinanza dans l’historiographie des communes italiennes de la fin du Moyen Âge) ou de « droit de bourgeoisie » dans l’Europe moderne, ceux de ciudadano/ciudadana dans les sociétés d’Amérique latine, celui de politès (citoyen) dans l’Antiquité grecque, qui ne s’emploie quasiment qu’au masculin quand les termes athênaia/athênaios (athénien/athénienne) s’utilisent au masculin et au féminin. Derrière les mots, quels sont les droits et les pratiques ? Par exemple, toutes les sociétés associent-elles suffrage et citoyenneté ? Quels liens entre citoyenneté et représentation ?
  •  Deuxième axe : Dans la plupart des analyses sur la citoyenneté, hommes et femmes apparaissent comme des groupes homogènes, recevant un jour en bloc la citoyenneté. Or, les différences de fortune, de niveau d’éducation, de couleur de peau, de religion, induisent non seulement des droits parfois différents mais aussi des revendications et des pratiques variées. Il s’agit ainsi de réfléchir aux différents degrés de citoyenneté, aux politiques discriminatoires liées au sexe, au genre mais aussi à d’autres critères, économiques ou culturels.
  •  Troisième axe : La question de la citoyenneté est indissociable dans nos conceptions contemporaines (et surtout française) de celle de la nationalité. L’histoire des étrangers montre que des femmes et des hommes, il n’était en réalité question que de certains et certaines, à savoir les nationaux (susceptibles le plus souvent de porter les armes), les résidents d’origine étrangère étant en fait considérés hors du cercle de la citoyenneté. Les situations impériales permettent pourtant de nuancer cette idée car elles complexifient l’articulation entre citoyenneté, souveraineté et nationalité. Ce dossier souhaite ainsi poser la question des frontières et des territoires de la citoyenneté.
  •  Quatrième axe : Il consiste à interroger les pratiques repérables derrière les différentes formes légales de citoyenneté. Comment s’exerce la citoyenneté ? Les personnes citoyennes ont-elles une réelle capacité d’action politique, sous quelle forme ? En quoi l’engagement citoyen participe-t-il aussi de la définition de la masculinité ? Le genre de la citoyenneté a-t-il alors un sens ?

 

Ce dossier souhaite par conséquent souligner la valeur heuristique du concept de genre lorsqu’il permet de penser la diversité des réalités que recouvre le concept de citoyenneté dans le monde et à différentes époques. Privilégiant la diversité des expériences de citoyenneté, ce dossier privilégiera les études portant sur d’autres contextes historiques que ceux de la France moderne et contemporaine dans ses frontières métropolitaines.

 

Les propositions d’articles inédits en anglais, français, espagnol ou italien sont à envoyer pour le 10 décembre 2014 à : barthelemypascale@yahoo.fr ET violaine.sebillotte@univ-paris1.fr

 

  • Elles devront comporter 4000 signes et présenter les sources, la problématique, les thématiques envisagées et la manière dont l’article s’insère dans l’historiographie.
  • Elles seront accompagnées d’une bibliographie de 5 titres maximum et d’un court CV.
  • Une réponse du comité de rédaction sera donnée sur l’acceptation ou le refus de la proposition pour le 15 janvier 2015.
  • Les articles seront à remettre pour le 15 juin 2015 – ils seront soumis à expertise interne et externe au comité de rédaction.
  • Les auteur-e-s seront informé-e-s de l’acceptation définitive de leur texte en septembre 2015
  • La publication est prévue au printemps 2016 (version papier en français suivie d’une version électronique en anglais : voir http://clio.revues.org/ et http://www.cairn-int.info/revue-clio-femmes-genre-histoire.html

 

 

 

English version

Call for Papers Clio. Femmes, Genre, Histoire. « Citizenships » issue, Spring 2016, no. 43

 

The journal Clio, Femmes, Genre, Histoire solicits proposals for articles on the theme of citizenships (in the plural) for our Spring, 2016 issue. We hope to receive articles that analyze citizenship, both as concept and practice, in all of its complexity and multiple meanings in different historical contexts and languages. We are very interested in work that builds on the last decades’ contribution of gender and women’s history to advances in our understanding of the terminology of citizenship, the diversity of citizenship practices, and how a gendered focus has changed how we understand the political itself. We seek, finally, to interrogate our, current, western, categories and practices, by confronting them with those of other periods and other societies.

Universal access to collective participation is currently a shared goal and urgent demand for many embattled peoples. From this standpoint, the history of citizenship often reads as one of the emancipation of individuals, of a perpetually reaffirmed autonomy of the individual in the context of ‘universal rights.’ In fact, however, this idea of citizenship is not universal, but born in the West, and later given an illusionary genealogy that creates a false continuity from classical antiquity — presented as the origin of authentic citizenship — to our contemporary societies.

This form of citizenship was, historically speaking, initially defined by the exercise of rights understood to be political. The circle of citizens was gradually widened, from a few privileged men to, ideally, all adults residing permanently within a given territory. Citizenship, understood as a privilege linked to parentage, property, residence, and gender, was limited for a very long time to men.

Many scholars have worked to explain, without reaching consensus, the modalities and temporalities of women’s exclusion from the political. This historiography has also shown that far from being limited to the right to vote and to hold elected office, citizenship implied the acquisition and exercise of civil, political and economic rights. The concept of « social citizenship, » has, therefore, won acceptance after considerable debate. Citizenship thus broadly defined includes social and political practices that are not simply those of defined by law but the result of complex social relations where gender inequalities intersect with those of culture or economy.

By conceptualizing citizenships in the plural we hope to confront these different definitions and practices of access to collective decision making, and different scales of polity (village, cities, counties, states, empires, federations), that are not limited to citizenship as it is defined in the territorially-based nation-state.

 

We solicit articles using a variety of approaches, and particularly encourage submissions that cross several of these approaches.

  •  The first approach is that of words — citizen, citizenship, national, etc – including their usage, and effects of translation. What kinds of privileges, of status, of rights or obligations are covered by these words in different historical contexts? How does one translate citizen or citizenship in different societies and different periods? One encounters different terms in each community: having the rights to the city (cittadinanza in the historiography of the Italian city states of the late Middle Ages) or « bourgeois rights » in Early Modern Europe, those of ciudadano/ciudadana in Latin American societies, that of politès (citizen) in Ancient Greece, which is almost always used in the masculine form while the terms athênaia/anthênaios (Athenian) are used in both the masculine and feminine. What are the rights and practices behind those words? For example, do all societies link the vote and citizenship? What links are there between citizenship and representation?
  •  The second approach: In most analyses of citizenship, men and women are taken as homogeneous groups, granted citizenship en masse, whereas in fact differences of wealth, education, skin color, and religion have generated not only different rights, but also different demands and practices. We encourage submissions, therefore, that analyze the different degrees of citizenship, of gender, cultural, and economic discrimination.
  •  Third approach: In our contemporary conceptualization (particularly in France), it is often assumed that citizenship and nationality are coterminous; citizens are nationals and non-citizens are foreigners. We are eager for proposals for articles that expose the relationship of citizenship, nationality and sovereignty, analyzing how those relationships are differently gendered in different contexts. There are times, for example, when men resident on national or imperial territory are granted the rights of citizens (often as a result of military service) while their wives and daughters are not. In some contexts, residents born abroad are considered nationals but not citizens or citizens but not nationals; these categorizations are sometimes also gendered.
  •  Fourth approach: Here we are looking for work interrogating the various forms of practice hidden behind the legal forms of citizenship. How was citizenship actually exercised? Did citizens have a real capacity for political action? of what kind? How did acting as a citizen shape the definition of masculinity? Does the « gender of citizenship » have meaning?

 

This dossier underscores the heuristic value of the concept of gender as it allows one to think about the diversity of realities covered by the concept of citizenship in the world in different periods. Privileging the diversity of experiences of citizenship, we will give preference to studies that concern historical contexts other than metropolitan France in the early modern and modern periods.

 

The deadline for proposals in English, French, Spanish or Italian is December 10, 2014. Please send them to: barthelemypascale@yahoo.fr ET violaine.sebillotte@univ-paris1.fr

 

Proposals should:

  • be 4000 signs long and include the sources, the topic, and the argument as well as indicate the historiographical conversation in which the article is engaged.
  • be accompanied by a bibliography of a maximum of 5 titles and a short c.v.
  • The editorial committee will let you know by January 15, 2015 if your proposal has been accepted.
  •  The deadline for articles is June 15, 2015. They will at that point be sent for evaluation by the editorial committee and outside readers.
  • Authors will be informed of the definitive acceptance of their articles in September, 2015.
  • Publication is scheduled for Spring 2016. The French paper edition will be followed by an English version available on-line.

 

See: http://clio.revues.org/ et http://www.cairn-int.info/revue-clio-femmes-genre-histoire.html

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *