Compte rendu des Journées « Sexualité(s) et enfermement en Europe »

Compte rendu des journées « Sexualité(s) et enfermement en Europe » organisées par Régis Schlagdenhauffen et Gwenola Ricordeau (Lille, 11-12 décembre 2014)

Les communications durant ces deux journées riches en échanges étaient organisées autour de cinq panels et d’une projection-débat.

Le premier panel (« Travailler sur la mixité et la sexualité en institutions fermées, quels enjeux méthodologiques ? »), présidé par Régis Schlagdenhauffen, avait une vocation méthodologique. Pierre Brasseur l’a ouvert avec une communication portant sur une sociohistoire de la mixité dans les établissements médico-sociaux. Il est parti du constat que, depuis une dizaine d’années en France, se pose la question de la pertinence d’un « droit à la sexualité pour les personnes en situation de handicap ». D’où la question de comprendre comment la mixité a été introduite dans les établissements médicaux depuis les années 1970 et la manière dont ces institutions ont cherché à encadrer, dénier ou limiter certaines pratiques sexuelles. Pauline Tournier a ensuite communiqué sur l’introduction de la mixité dans les équipes éducatives des internats de rééducation des jeunes filles au tournant des années 1970. En effet, jusqu’à la fin des années 1960, la mixité dans les équipes éducatives était impensable : la séparation entre les sexes prévalait dans les établissements. Cependant, cette ségrégation fut jugée ensuite comme « archaïque » : la réflexion de Pauline Tournier porte justement sur cette transition. Ses recherches empiriques se sont focalisées sur deux internats de rééducation pour jeunes filles (Brécourt et Bourges). Etudier la mise en place de la mixité a permis d’interroger la redéfinition des modèles professionnels et éducatifs, la reconfiguration d’une division du travail et d’un partage du pouvoir selon le prisme du genre, ainsi que la renégociation des normes sexués et sexuelles qu’elle entraîne. Elle a observé que les éducateurs sont entrés dans les établissements d’abord en tant qu’hommes mariés, le « couple éducatif » étant érigé en modèle, et elle a souligné que de la naturalisation des qualités professionnelles a découlé petit à petit une idéologie basée sur la complémentarité entre les sexes. Enfin, une troisième communication, celle de Gwenola Ricordeau, a posé la question de la manière dont il est possible de parler d’enfermement et de sexualité  avec deux catégories de pair(e)s (ceux/celles qui partagent l’expérience de la sexualité en prison et les pair(e)s  dans les milieux académiques). Son propos a mobilisé la figure et la catégorie de « femmes de parloir ». Elle a montré qu’en partant de ce qui se dit et de ce qui se tait, de ce dont on rit et de ce dont on souffre, des questions et des jugements entendus lors des discussions avec les un.es et les autres, il devient possible de reconstruire des règles de production d’un discours, aux portes des prisons et à l’université, sur la sexualité en prison. Le panel s’est conclu avec la communication d’Irina Vlasik sur la sexualité au goulag. Elle y a montré d’une part que les violences sexuelles faites aux femmes enfermées au Goulag étaient courantes ; d’autre part qu’une politique d’interruption de grossesse et d’avortement a été déployée sur le long cours au sein de ces institutions fermées. Le premier panel a été suivi de la projection d’Un Chant d’amour (Jean Genet, 1950), prolongée d’un débat, animé par Gwenola Ricordeau, sur la mise en images de la sexualité en prison.

La seconde journée fut ouverte par Sébastien Fleuriel, directeur du Clersé. Suite à son accueil, le deuxième panel (« Réguler la sexualité, perspectives historiques »), présidé par Gilles Chantraine, était dédié à l’histoire de la régulation de la sexualité dans les institutions fermées. Sandrine Lambin, Jean-Lucien Sanchez et Yannick Ripa ont restitué comment la prison, le bagne et l’asile ont régulé la sexualité masculine et féminine dans et hors les murs. La première communication (Sandrine Lambin) est revenue sur la manière dont philosophes, médecins ou fonctionnaires de l’administration pénitentiaire ont nourri les débats et les interrogations suscités par la sexualité en milieu pénitentiaire. Par exemple, Alexis de Tocqueville a calculé le nombre d’incubes et de succubes à la maison centrale de Loos, puis la bonne épaisseur des parois destinées à cloisonner les dortoirs ; Charles Perrier, médecin de la centrale de Nîmes pendant 22 ans, a analysé la « pédérastie » dans la centrale où il exerçait et il l’a estimé inévitable, même si « par goût, (elle) compte peu de partisans, en prison du moins. » Suite à cela, Jean-Lucien Sanchez s’est interrogé sur les mœurs et la sexualité au bagne en prenant pour exemple ceux de Guyane française. La relégation des récidivistes prévoyait initialement l’envoi d’hommes et de femmes en Guyane afin d’y fonder une société de peuplement. L’envoi des femmes avait pour but de favoriser des unions pour assurer la pérennité et l’implantation durable des relégués sur place. Mais les circonstances entourant l’arrivée et l’installation de cette population pénale ont totalement bouleversé ce projet et aboutit à une toute autre configuration : les femmes demeuraient séparées des hommes et étaient installées dans un « pénitencier couvent », situé à Saint-Laurent du Maroni, où elles étaient placées sous la garde des sœurs de la congrégation de Saint-Joseph de Cluny. Leur seul espoir d’en sortir consistait à être réclamées comme épouses par un forçat libéré, avec le risque d’être battues, prostituées… La dernière intervenante du panel, Yannick Ripa, a posé la question de l’asile en tant qu’instrument de la régulation de la sexualité féminine. Elle a évoqué les contradictions dans les représentations de la femme aliénée. Celles immortalisés par le peintre Robert-Fleury (des femmes aux poitrines volontairement dénudées, se contorsionnant, folles de leur corps, de leur sexe) étant en totale opposition avec une réalité du monde asilaire : la majorité des internées étaient atteintes de lypémanie, une mélancolie le plus souvent mutique. De ce jeu d’imposition, la sexualité féminine subit une triple peine : hostile à la tempérance, elle est déclarée cause et symptôme de la folie et donc enfermée ; socialement déviante, elle doit être non pas soignée mais rééduquée ; réfractaire aux normes, elle doit être brisée, à tout prix…

Le troisième panel (« Pouvoir et sexualité en institutions fermées, approches croisées »), présidé par Christopher Fletcher, portait sur des approches croisées relatives au pouvoir et à la sexualité dans les institutions fermées. En premier lieu, Alain Giami proposa une « ethnographie clinique des organisations institutionnelles de la sexualité » en questionnant son implication de chercheur dans un processus ethnographique qui s’est déroulé dans une institution recevant des personnes handicapées mentales avec différents niveaux de déficience. Située en zone rurale, cette structure occupe des locaux d’une ancienne institution religieuse construite au 12° siècle, détruite lors de la Révolution, reconstruite au 19° siècle, transformée en sanatorium jusque dans les années 1960 avant de recevoir à partir de 1987 des personnes handicapées mentales dans plusieurs établissements ayant des fonctions différentes : hébergement,  éducation spécialisée, soins, centre de travail en internat. Au début des années 1990, cette institution a été le théâtre de plusieurs actes sexuels considérés comme des abus ou des viols eu égard à l’incapacité des victimes à consentir à ces actes survenus avec des professionnels. Ces actes ont été perpétrés par un très petit nombre de professionnels avant de pouvoir être révélés et qu’un procès aux Assises se tienne au cours de l’année 1997. L’analyse du point de vue des professionnels, et notamment les représentations et les scripts sociaux de la sexualité dont ils sont porteurs et qui permettent de mieux comprendre les normes institutionnelles de la sexualité, a montré un continuum entre des formes de sexualité encouragées, tolérées, interdites et réprimées dans ces institutions. Dans un second temps, la communication de Megan Comfort (« I dated him as a woman ») a porté sur la construction de la mixité parmi les détenus aux Etats-Unis. L’exposé était fondé sur l’usage de données d’une enquête menée dans l’État de la Californie pour éclairer des relations « hommes-femmes » qui sont construites dans les prisons entre des personnes du sexe masculin. Réalisée auprès d’une quarantaine d’individus après leur incarcération, l’enquête a permis d’interroger ce que représente pour eux « la féminité » dans un contexte d’hyper-masculinité. Se pose la question de comprendre les liens entre cette notion et la sexualité, et la participation mutuelle des détenus pour vivre une « mixité construite » dans un endroit ou l’ambiguïté n’est guère tolérée. L’analyse du recueil des récits apporte une compréhension plus élargie de la fluidité des genres et de la complexité des relations intimes dans un contexte punitif.

Le quatrième panel (« ‘Tu aimeras ton prochain…’ La gestion de la sexualité en institutions religieuses ») présidé par Yannick Ripa, a été plus particulièrement dédié à la question de la sexualité dans les institutions religieuses (catholiques) fermées. Il a été ouvert par une communication d’Anne-Laure Méril intitulée « S’abstenir de toutes les séductions charnelles : sexualité et enfermement chez les mulieres religiosae des Pays-Bas méridionaux du XIIIe siècle ». Selon Anne-Laure Méril, le champ religieux est un cadre privilégié pour étudier l’enfermement et la sexualité, en particulier au Moyen Âge, époque durant laquelle le christianisme exerce alors un contrôle très étroit sur la libido, en particulier pour les femmes et pour les personnes religieuses. Dans le cas des mulieres religiosae, la contrainte est double puisqu’elles sont femmes et dévotes. Or, l’encadrement spirituel de ces dernières nécessite la présence d’ecclésiastiques sur les lieux mêmes de leur enfermement, mettant en danger la chasteté des deux sexes désormais en présence. Suite à cela, Isabel Harvey prolongea la réflexion à travers l’usage de sources modernes. Son exposé intitulé «  Extases divines et amours humains entre les murs sacrés. Présence et absence de la sexualité dans les couvents féminins de l’Italie Tridentine » articula la trajectoire différentielle de deux nonnes illustrant ainsi les effets du déploiement d’injonctions différentielles, suite au Concile de Trente (1563). Le discours du Concile, les nonnes le repensent, le traduisent dans leurs mots, l’enseignent à leurs consœurs, le réécrivent et le diffusent à travers des canaux de communication variés. À mots couverts, elles décrivent leurs réalités et besoins sexuels dans une littérature dévotionnelle qui est au cœur du propos d’Isabelle Harvey et dont elle a illustré la singularité en s’appuyant sur les trajectoires de deux sœurs que tout oppose : d’une part Giovanna Maria Bonomo (1606-1670), qui a écrit de nombreux ouvrages de dévotion et des lettres spirituelles qui lui ont permis d’être béatifiée en 1783 ; d’autre part, la religieuse rebelle et sans vocation, Arcangela Tarabotti (1604-1652), dont l’un des traités s’est retrouvé à l’Index. Enfin, un troisième exposé (Josselin Tricou) était consacré aux institutions cléricales masculines permettant ainsi de mettre en lumière comment les institutions religieuses masculines et féminines encadrent la sexualité dans l’espace et à travers certaines époques historiques, notamment aujourd’hui.

Le cinquième et dernier panel (« Sexualités et violences sexuelles en institutions fermées – Perspective européenne »), présidé par Julie Le Gac, avait pour objet trois autres types d’institutions fermées : le harem, l’armée et les camps de rétention administrative. Elodie Gaden a centré son propos sur les représentations littéraires des altérités sexuelles dans les harems ottomans (1850-1950), montrant que le harem oriental est à la fois un lieu clos et sacré – en ce qu’il sépare, dans un espace de vie non mixte, non seulement les épouses du reste de la société, mais aussi, l’espace de vie des femmes (le haremlick) de celui des hommes (le salamlick). Mais il est aussi un lieu obscur et mystérieux dont les écrivains et les peintres occidentaux ont donné, dès le 18e siècle, une représentation souvent exotique. Suite à cela, Angeliki Drongiti a prolongé la question des représentations de la sexualité enfermée de l’autre côté de la mer Egée à travers une communication sur « les soldats de l’armée de terre grecque ». Selon Angeliki Drongiti, l’armée de terre grecque réunit toutes les caractéristiques d’une institution totalitaire du quatrième type, comme l’a mentionné Goffman. Dans le même temps, la caserne est considérée comme un lieu de socialisation au genre masculin : les appelés sont tenus d’apprendre leur rôle et de faire leurs preuves en réalisant des travaux domestiques quotidiens, des activités physiques extrêmes et en étant soumis à une forte pression psychologique (brimades, changements de tâches, sanctions, défis et ordres). Les observations et entretiens montrent que le contenu des récits recueillis recrée systématiquement un couple dans lequel l’homme est le demandeur et le porteur du désir sexuel et la femme l’exécutante de toutes les demandes. Dès lors, Angeliki Drongiti défend la thèse selon laquelle « clamer » sa sexualité constitue une « stratégie d’adaptation » qui veille à ne pas laisser la moindre suspicion d’homosexualité, comme si cette dernière menaçait une masculinité « orthodoxe ». Enfin, la dernière communication, celle d’Elsa Tyszler, a porté sur les violences sexuelles comme outil de répression informel de l’immigration irrégulière en Europe. Au moyen d’une enquête de terrain réalisée au Royaume-Uni, elle a montré plusieurs processus dont, en premier lieu, la privatisation de la gestion des camps de réfugiés par l’Etat (externalisant ainsi les responsabilités et ouvrant le marché de l’enfermement à des multinationales de la sécurité). Dans ces lieux d’enfermement, les droits fondamentaux ne sont pas garantis et des violences – notamment sexuelles – sont perpétrées jour et nuit. Dès lors, comme E. Tyszler l’a montré avec finesse, les logiques de pouvoir peuvent s’observer à deux niveaux au moins : celui des gardes privés et celui de l’État. D’après les témoignages recueillis auprès de femmes victimes de violences sexuelles en centre de rétention, les gardes choisissent leur victime parmi les plus jeunes et vulnérables des détenues. Ils promettent leur aide dans la constitution du dossier d’immigration ou des produits de première nécessité. L’Etat, quant à lui, offre un « cadre permissif » à travers un silence complice (l’expulsion des témoins d’abus sexuels) et une institutionnalisation tacite du recours à la violence sexuelle dans les centres de détention de l’immigration. Les violences sexuelles sur des femmes migrantes en détention sont loin d’être des faits isolés et représentent un continuum des formes de domination masculine. Enfin, Gwenola Ricordeau et Régis Schlagdenhauffen ont conclu les journées.

* Les journées « Sexualité(s) et enfermement en Europe » ont été organisées à l’Université de Lille 1  grâce au soutien du Clersé, de l’Université de Lille 1 et du Laboratoire d’excellence « Ecrire une Histoire nouvelle de l’Europe (LabEx EHNE).

L’ensemble des journées a donné lieu à un Live tweet (LT) : #JESexenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *