Appel à communication : Journée d’étude « Veuvages issus de conflits armés en Europe (XIXe-XXIe siècles) : Quelles spécificités? Quelles différences? »

Cette journée d’étude est la troisième et dernière d’un cycle de trois journées d’études sur les Veuves, veufs et veuvages en Europe à l’époque contemporaine. (Pour avoir davantage de précisions sur le projet général: http://www.labex-ehne.fr/2014/04/22/journees-detude-appel-a-communication-veuves-veufs-et-veuvages-en-europe-a-lepoque-contemporaine-19e-21e-siecles/).

Cette troisième journée d’études vise à s’interroger sur le veuvage provoqué par des situations de conflits armés, qu’il s’agisse des guerres mondiales entre états, mais aussi de guerres civiles, d’indépendance, de même que d’autres formes de conflits (luttes armées, terrorisme…). La définition du veuvage est la même que celle retenue pour les autres journées, à savoir une définition large, non strictement juridique, qui inclut l’ensemble des conjoints survivants, que leur relation avec le/la défunt.e ait été, ou non, officialisée préalablement par le mariage.

Le questionnement ici est double. Il porte, d’une part, sur les spécificités de ces veuvages. Le fait qu’un décès ou une disparition survienne dans les circonstances atypiques d’un conflit armé influe-t-il sur le veuvage du conjoint survivant ? Dans quelle mesure ce veuvage se distingue-t-il de celui des femmes et des hommes qui sont devenu.e.s veuves et veufs dans un contexte plus ordinaire ? Dans quelle mesure, également, le deuil des conjoints survivants se distingue-t-il de celui des autres membres de la famille (notamment orphelins et ascendants du défunt)? Le questionnement porte, d’autre part, sur les différences qui existent entre ces veuvages. Quelles différences peut-on observer selon les conflits armés (certains conflits étant mondiaux, d’autres coloniaux ou de décolonisations, d’autres civils), selon les territoires et nations européennes, selon les camps et belligérants impliqués, selon les sexes aussi… car, si le veuvage de guerre a longtemps été une réalité fortement sexuée, il devient, à mesure que les conflits armés génèrent de plus en plus de victimes civiles, une expérience mixte, pouvant toucher autant les hommes que les femmes. Pour autant, ces expériences sont-elles assimilables ? Quelles différences persistent entre les droits des unes et des autres, entre leurs pratiques de deuil, et quels sont les attendus sociaux et politiques auxquels ils et elles sont soumis.e.s ?

Les propositions de communication pourront s’articuler autour des différents axes thématiques suivants:

Législations et institutions :

– Quelles sont les législations élaborées et les institutions mises en place pour aider les conjoints des tués ou disparus d’un conflit armé ?…

– Dans quel contexte ces législations et ces institutions ont-elles émergées et évoluées ? Quelles en sont les origines ? Se sont-elles inspirées de législations antérieures relatives à d’autres veuvages atypiques (par exemple les lois sur les accidents du travail pour la France) ? Observe-t-on des similitudes entre pays européens ? Les législations nationales se sont-elles mutuellement influencées ? Veuves et veufs se sont-elles/ils impliqué.e.s dans l’élaboration et l’évolution de leur prise en charge ? Peut-on parler d’instrumentalisation politique de ces victimes ? …

– Quelles évolutions et postérité connaissent ces législations et ces institutions ?   S’achemine-t-on vers un droit communautaire destiné aux victimes de guerre en Europe ? Le droit des victimes de conflits armés prend-il en compte l’évolution des pratiques conjugales qui se départissent de plus en plus du mariage ? Compagnes et compagnons sont-elles/ils pris en considération ? La dimension genrée de ces législations (souvent davantage pensées pour des femmes) s’estompe-t-elle avec le temps et selon les conflits ? …

Démographie et pratiques familiales :

– Dans quelle mesure l’évolution des formes des conflits armés remet-elle en cause la dimension majoritairement féminine du veuvage ? Existent-ils des veufs de guerre ? Qui sont-ils ? Le profil démographique des veuves (âge et maternité notamment) évolue-t-il dans le temps, selon les pays et selon les conflits ?…

– Les pratiques familiales des veuves et veufs de guerre, en matière, entre autres, de succession, de remariage ou de parentalité, se distinguent-elles de celles des veuves et veufs “ordinaires”, notamment par la prise en charge de leurs enfants, reconnus – ou non – comme “orphelins de guerre” ? Cette entremise d’institutions extérieures à la famille modifie-elle les relations intrafamiliales et le pouvoir des conjoints survivants sur la gestion du patrimoine familial ou sur leurs choix éducatifs ? …

Rituels funéraires et expériences de deuil :

– Les décès survenus dans un contexte de mort de masse et violente provoquent-ils des deuils spécifiques ? Ces deuils varient-ils d’un conflit à l’autre, selon l’intensité, la forme de même que l’issue (victoire ou défaite) de ces mêmes conflits ? …

– Les rituels funéraires en contexte de guerre ou issus de conflits armés sont-ils communs d’un pays belligérant à l’autre ? Par exemple, perçoit-on des points communs dans les pratiques de deuil de disparus ? Peut-on parler de rituels funéraires spécifiquement européens comparativement aux pratiques en oeuvre sur les autres continents ? Par quelles nouvelles pratiques funéraires, les rituels traditionnels tombés en désuétude suite à la Seconde Guerre mondiale (port du deuil notamment) ont-ils été remplacés ? Observe-t-on des différences sexuées dans les usages sociaux du deuil ? …

– Les rituels funéraires tendent à homogénéiser des expériences intimes du deuil qui sont aussi nombreuses qu’il y a d’individus. Pour autant, dans quelle mesure peut-on saisir des analogies dans les deuils des veuves et veufs de victimes de conflits armés ? Y-a-t-il toujours superposition du deuil national et du deuil individuel ? De quelle manière le traitement médiatique particulier dont les défunt.e.s sont souvent l’objet influe-t-il sur l’évolution psychologique des endeuillé.e.s ? En quoi leur expérience intime, en tant que conjoint survivant, se différencie de celui des autres membres de la famille (en raison de leur lien de parenté ou de leur âge) ?  Quelles sources peut-on mobiliser pour retracer ces processus intimes de deuil ? Une histoire des pratiques des psychiatres et psychologues envers les veuves et veufs de conflit armé est-elle possible ? …

 

Le comité scientifique portera une attention toute particulière aux propositions de communications portant sur d’autres pays que la France ou envisageant une analyse comparée. Des approches genrées sont également attendues.

Les communications pourront être formulées en français ou en anglais.

Une publication des actes des trois journées d’étude est prévue.

 

Comité scientifique :

  • Peggy Bette (CERHIO, université Rennes 2)
  • Christel Chaineaud (CAHD, université Bordeaux)
  • Martine Cocaud (CERHIO, université Rennes 2)
  • Magali Della Sudda (centre Emile Durkheim, Sciences Po-Bordeaux)
  • Françoise Leborgne-Uguen (université de Bretagne occidentale-Brest)
  • Yannick Marec (GRHIS, université Rouen)
  • Simone Pennec (université de Bretagne occidentale-Brest)
  • Paulette Robic (LEMNA, Université Nantes)
  • Bruno Valat (centre universitaire Jean-François Champollion-FRAMESPA- université Toulouse 2)
  • David G. Troyansky (Brooklyn College et le Graduate Center, City University of New York )
  • Olivier Vernier (ERMES, université Nice-Sophia Antipolis)
  • Clémentine Vidal-Naquet (post-doctorante, secrétaire générale du Labex EHNE)
  • Fabrice Virgili (CNRS-IRICE, LabEx EHNE)

 

– – –

Aspects pratiques

– – –

Comité d’organisation :

Peggy Bette (CERHIO, Rennes 2)

Christel Chaineaud (CAHD, Bordeaux)

 

Date et lieu de la journée :

Lundi 7 novembre 2016, à Paris (Musée de l’armée, Hôtel national des Invalides)

 

Modalités de soumission des propositions de communication :

Les propositions de communication devront contenir les informations suivantes :

  • Nom, prénom
  • Université ou laboratoire de rattachement
  • Fonction
  • Titre envisagé de la communication
  • Texte de 2 à 3 000 signes en français ou en anglais précisant le contenu, la méthodologie et les sources

La date limite de soumission des propositions de communication pour la troisième journée est le 29 mai 2016. Le comité scientifique répondra dans un délai d’un mois.

Les propositions de communication sont à adresser à veuvages.europe@gmail.com

L’organisation du colloque prend en charge l’hébergement des intervenant.e.s (pour une nuitée), ainsi que le déjeuner du lundi 7 novembre. Le remboursement, partiel ou total, de leurs frais de déplacement est encore réservé.

 

Pour toute information complémentaire : veuvages.europe@gmail.com

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *