Appel à communications : « Diagnose de l’altérité. Homosexualité, médias et société au XXe siècle » (Université d’Anvers, 1er décembre 2016)

Une initiative de :
Forum pour la recherche belge en histoire des femmes, du genre et de la sexualité
Fonds Suzan Daniel. Archives et centre de documentation homo/lesbien
Power in History. Centre d’histoire politique de l’Université d’Anvers

L’historiographie de ces dernières décennies a mis en exergue combien les psychiatres et les médecins de la fin du XIXe avaient contribué à créer la ‘personnalité homosexuelle’. Dans le même temps, il est devenu de plus en plus clair que d’aucuns ne parvenaient à se mettre d’accord sur une définition claire de l’homosexualité, ce qui sera à l’origine de nombreux débats tout au long du XXe siècle. Si ces débats ont été menés de différentes façons, il est clair qu’ils ont de plus en plus souvent associé des hommes et des femmes identifiés comme homosexuel(le)s. Leurs expériences personnelles ont interagi avec les discours scientifiques et normatifs. De nouvelles interprétations ont dès lors émergé sur la signification de l’ ‘être’ homosexuel, menées aussi bien par les homosexuels eux-mêmes que par des moralistes, anthropologues, criminologues, psychologues, psychiatres et tant d’autres encore, qui se sont essayés à une définition de cette altérité. Ces débats ont de plus en plus souvent touché les médias, et dès lors aussi le grand public : d’abord via la littérature et la presse, plus tard via la radio et la télévision. Ce faisant, la notion d’homosexualité ne fait pas que gagner le domaine public, elle se révèle aussi un bon exemple de la manière dont une société va penser l’altérité.

Le 1er décembre 1966, la jeune chaîne de la BRT diffusait ainsi pour la première fois une émission télévisée sur l’homosexualité, Diagnose van het anders-zijn. À l’occasion du 50e anniversaire de cette émission pionnière qui a voulu aborder l’homosexualité de manière constructive (action reprise en 1973 par la télévision francophone avec le reportage Être homosexuel), nous invitons les chercheurs à une journée d’étude et de réflexion sur les diverses manières dont l’homosexualité a été vécue, interprétée et perçue, en Belgique et dans les pays voisins, depuis la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’à la crise du sida. Nous sommes particulièrement intéressés par :

  • l’histoire encore sous-explorée de l’homosexualité féminine : discours (médiatisés ou non), témoignages ou histoires de vie.
  • les interactions entre les discours analytiques ou normatifs et les alternatives issues ‘du terrain’, plus identitaires et basées sur des expériences personnelles
  • le rôle joué par différents médias dans la connaissance et la construction de l’image de l’homosexualité, qu’elle soit positive et négative ;l’effet des images de l’homosexualité propagées par les médias (fiction ou non-fiction), dans la formation identitaire
  • la construction, importante mais parfois aussi problématique, d’une mémoire collective autour du passé homosexuel
  • le rôle des pays étrangers comme point de référence et source d’inspiration
  • les conséquences des pratiques policières et des poursuites judiciaires

Les abstracts de 500 mots maximum en français, néerlandais ou anglais, accompagnés d’un court CV d’une page, peuvent être introduits jusqu’au 1er juillet 2016 via avg.carhif@amazone.be

N’hésitez pas à partager cet appel dans votre réseau.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *