Compte-rendu de la conférence de Francisca de Haan

Le Lundi 4 décembre 2017 a eu lieu la conférence de Francisca de Haan, professeure à la Central European University de Budapest et professeure invitée au sein de l’axe « Genre et Europe » du LabEx EHNE, sur « Les organisations internationales de femmes : agents et cibles de la guerre froide ». Francisca de Haan a proposé un panorama de l’action depuis 1945 des trois principales organisations internationales de femmes : la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF ou WIDF,Women’s international democratic federation), le Conseil international des femmes (CIF ou ICW, International Council of Women) et l’Alliance internationale des femmes(AIF ou IAW, International Alliance of Women) et a présenté la façon dont la guerre froide a exacerbé les tensions et radicalement séparé la FDIF des autres organisations ainsi que modifié les rapports de chaque organisation avec les deux grandes puissances. 
Francisca de Haan a souligné les décalages entre historiographie anglophone et francophone, regrettant ce qui lui semble être un angle mort des travaux français sur le sujet. La question des rapports entre féminisme et mouvement communiste doit être selon elle revisité. L’analyse d’un parti communiste délaissant totalement la lutte pour les droits des femmes, ces dernières n’étant destinées qu’à promouvoir la paix dans une logique essentialiste, est contestable. Il est donc indispensable selon elle de réintégrer l’histoire de la FDIF dans l’histoire du mouvement féministe international, de prendre en compte le left feminism dans l’histoire du féminisme en particulier dans une perspective intersectionnelle afin entre autres de l’articuler aux luttes d’émancipation de sexe, de classe et de race.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *