AAC/Call for papers « Figures de femmes aux confins de l’Europe en guerre », colloque international

Un colloque international « Figures de femmes aux confins de l’Europe en guerre. L’année
1918 comme tournant dans les représentations littéraires du féminin et des
renégociations identitaires et nationales en Europe centrale et orientale »
se tiendra les 11-12 octobre 2018 à l’Université Paris Sorbonne. Il est organisé par l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, l’Université Paris – Sorbonne et l’Univerzita Karlova v Praze (Université Charles de Prague).

Vous trouverez ici l’appel complet en français, anglais et allemand.

Date limite d’envoi des abstracts : 1er mai 2018

Mises à l’écart d’une politique devenue la chasse gardée du sexe masculin, ainsi que de l’exercice de la guerre, qui en était la continuation par d’autres moyens, les femmes ne semblaient pas appelées, par leur statut dans les sociétés européennes, à représenter la nation, cet enjeu du “long XIXème siècle” et de la Première Guerre mondiale qui devait le conclure. L’exaltation des valeurs viriles chez les belligérants et dans les nationalismes de tous bords ne laissait pas non plus présumer d’un lien privilégié avec la question des nationalités dans les imaginaires culturels, qu’illustrent pourtant autant de personnages féminins, autant d’allégories de la nation en armes, de la Germania de Kaulbach à la Libuše peinte par les légionnaires tchécoslovaques sur les portes de leurs trains, de Fräulein Feldgrau en 1914 à Wonder Woman à partir des années 1950.

L’année 1918 redessine lignes d’horizon et points de fuite dans le paysage littéraire et critique européen, en même temps qu’elle augure de grands bouleversements dans le contexte social et politique, définissant notamment un nouveau statut pour la femme dans ces « années folles » qui ont paru réinventer la féminité d’après-guerre. La question des marges s’y pose tout particulièrement. Sur le plan politique et idéologique, d’une part, dans la mesure où le développement de discours orthodoxes scinde inévitablement, d’une certaine façon, l’espace de production discursive entre des centres idéologiques et des marginalités propres à questionner — voire à subvertir — ceux-ci. Mais aussi sur le plan esthétique : les esthétiques avant-gardistes interrogent les sens possibles des marges ou encore des contrées reculées de l’espace européen, comme production de contrepoints esthétiques aux discours officiels.

Au centre de ces bouleversements, les personnages féminins se font le support d’une culture populaire développée tant par la propagande de guerre que par certains des mouvements d’avant-garde qui apparaissent dans le sillage du conflit : écran de projections masculines, les figures féminines se prêtent particulièrement bien à toucher le grand public ou, le cas échéant, à remettre en cause des dispositifs de pouvoir qui s’expriment aussi dans la thématisation de la sexualité. Cartographier cette problématique dans un espace européen en mutation, c’est également la situer dans sa relation aux confins : confins littéraires, mais également proximité fantasmatique et poétisée de ces figures féminines aux seuils liminaires qu’elles sont invitées, souvent, dans les textes, à prendre en charge. Enfin, cette situation des personnages féminins invite à se poser la question de la proximité suggérée par de très nombreux textes littéraires et productions intellectuelles entre les figures féminines et les peuples associés aux confins, marqués par l’éloignement géographique ou la distance des instances de pouvoir.

Si les études de genre en contexte postcolonial (dans la lignée des travaux de Benedict Anderson sur les « imagined communities » et de l’idée des subaltern studies), permettent d’interroger l’interaction d’une politique impérialiste avec les représentations de la femme, ainsi qu’entre les mouvements d’émancipation nationale et féministe, cette approche ne devra pas pour autant méconnaître les spécificités de l’espace européen par rapport à l’histoire coloniale. Leur application à une Europe de l’Est qui se définit aujourd’hui comme espace post-communiste ne doit pas toutefois amener à négliger l’idée impériale qui peut se refléter dans la littérature des Empires centraux comme de l’Empire russe au tournant de 1918 et dont Claudio Magris, dans une toute autre perspective, a montré l’importance pour la Monarchie habsbourgeoise. Sans céder aux anachronismes que de tels rapprochements risquent d’entraîner dans l’investigation de l’espace centre-européen au tournant du XXe siècle, il s’agira dans ce colloque d’interroger les développements heuristiques que cette articulation ne manquera pas de susciter. Espaces géographiques, nationaux, genrés, littéraires : les reconfigurations esthétiques et politiques tendent à faire de l’Europe centrale et orientale au tournant de 1918 le lieu de profonds bouleversements que ce colloque s’attachera à interroger, articulant étude des représentations genrées et questionnements historiques et contextuels d’un univers en mutation.

 

Il n’y a pas de frais de participation, et une prise en charge financière des déplacements et de l’hébergement est proposée. 

Les propositions de communication (500 mots), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique (comprenant vos affiliations universitaires), sont à envoyer au plus tard le 1er mai 2018 à l’adresse suivante : femmesconfins1918@gmail.com.

 

 

 

Organisateurs : Cécile Rousselet (CERC Paris 3 Sorbonne-Nouvelle ) et Jean Boutan (Eur’Orbem Paris Sorbonne / programme Franz Werfel OeAD)

Comité scientifique :  Luba Jurgenson (Eur’Orbem Paris Sorbonne), Xavier Galmiche (Eur’Orbem Paris Sorbonne), Carole Matheron (CERC Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), Pawel Rodak (Eur’Orbem Paris Sorbonne), Libuše Heczkova (Filozofická fakulta Univerzity Karlovy)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *