Entretien avec Joël Lebeaume – L’enseignement ménager en France et en Europe

Entretien avec Joël Lebeaume, auteur de L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980, Rennes, PUR, 2014.

 

Dans un entretien avec l’équipe de rédaction du carnet de recherches Genre&Europe, Joël Lebeaume, professeur en sciences de l’éducation à l’Université Paris-Descartes et doyen de la Faculté de sciences humaines et sociales – Sorbonne, a accepté de répondre à nos questions au sujet de son récent livre sur l’enseignement ménager.

 

 

Genre & Europe : Qu’est-ce que « l’enseignement ménager » ? En quoi cet enseignement reflète-t-il des stéréotypes de genre ?

 

Joël Lebeaume : L’enseignement ménager, que ses promotrices ont très tôt préféré désigner par « éducation ménagère », couvre l’ensemble des activités relevant de l’administration domestique des biens et des personnes, avec des enjeux d’ordre sanitaire, économique et social. Il est défini comme l’enseignement pratique des notions d’économie domestique afin d’acquérir « l’esprit ménager » c’est-à-dire incorporer à la fois les valeurs d’ordre, de soin, d’économie du temps, des gestes et de l’argent… et les façons de faire et les manières de penser les occupations de la vie quotidienne, distinctes à la ville et à la campagne et selon les activités de fermière, d’employée, d’ouvrière ou de maîtresse de maison. Contrairement aux idées répandues, il ne s’agit pas exclusivement d’un enseignement moral de la future épouse, mère et éducatrice, puisqu’il s’agit surtout de raisonner les pratiques domestiques à partir des principes scientifiques appliqués aux cuissons, à l’entretien du linge, à l’hygiène, à la puériculture… Au-delà de cette science pratique, l’enseignement ménager est aussi une voie de professionnalisation des femmes par la reconnaissance de leurs compétences dans les spécialités de lingères, couturières, modistes, cuisinières…

Indéniablement cet enseignement reflète aujourd’hui les stéréotypes de genre selon trois aspects particuliers. Le premier est la représentation simplificatrice du découpage des activités sociales avec la dichotomie des responsabilités partagées entre la femme d’intérieur et l’homme d’extérieur ; l’entretien de la famille et le travail ; l’économie de la non-dépense et le salaire gagné à la sueur du front ; la famille et le linge contre le bois et le métal… Dans cet esprit, ce rôle féminin est accrédité par les qualités et les aptitudes qui lui sont, traditionnellement, attribuées. Le deuxième point, bien connu, concerne les activités professionnelles qui demeurent dans des secteurs dédiés ou réservés aux femmes, en raison des préjugés concernant leurs aptitudes pour les gestes fins et précis ainsi que leurs prédispositions d’assistance, de prévenance et de don de soi. Le troisième point est plus discret. Il concerne les contenus d’enseignement considérés mieux correspondre à l’esprit féminin. Ainsi en est-il des sciences appliquées et de la méthode inductive de leur appropriation qui fait prévaloir les actions vécues, les expériences concrètes et les compétences acquises plus que les connaissances apprises et restituées. L’un des combats des inspectrices et monitrices d’enseignement ménager a été très précisément de promouvoir l’approche expérimentale des pratiques domestiques, mais sans toutefois vraiment parvenir à installer de telles sciences et techniques « pures ».

 

 Genre&Europe: Comment expliquer l’apogée de l’enseignement ménager dans les années 1950 en France et sa progressive disparition au milieu des années 1970 ?

 

Joël Lebeaume : L’apogée de l’enseignement ménager puis sa disparition s’expliquent par des effets de contexte. Dans l’Après-guerre, la politique nataliste et la politique de reconstruction de la France accréditent la généralisation de l’enseignement ménager instituée par Vichy. C’est l’époque de la création du CAP Arts ménagers et d’institution de l’épreuve d’enseignement ménager du Baccalauréat qui exigent la structuration d’un enseignement jusqu’alors multiforme, surtout son organisation administrative et pédagogique. L’enseignement primaire, l’enseignement agricole et l’enseignement technique en sont les promoteurs les plus actifs ; l’enseignement secondaire restant plus réservé. Dans ce temps de reconnaissance du droit de vote des femmes, le modèle américain conforte également l’horizon du confort et des arts ménagers promis par les équipements de plus en plus disponibles. Les « sciences et techniques de la vie heureuse », auxquelles les femmes adhèrent, tendent ainsi à effacer les souvenirs de malnutrition et de cuisine de guerre, de rapiéçage et d’insalubrité… avec la définition progressive de la cellule familiale comme lieu de vie, d’épanouissement et de développement.

Dès le début des années 1960, ce modèle est ébranlé et l’enseignement ménager apparaît être un enseignement suranné. Plusieurs facteurs composent ce nouvel esprit du temps. Le premier est le jugement d’obsolescence porté à l’enseignement ménager non pas en raison de ses contenus actualisés aux nouveaux produits et équipements mais en raison de son exclusivité féminine qui en fait un enseignement discriminatoire. La deuxième raison est l’évolution économique de la France et la réorganisation des territoires qui redéfinissent en particulier le monde agricole et génère de nouvelles aspirations des jeunes filles pour une professionnalisation vers les nouveaux métiers qui leur sont timidement ouverts. La troisième raison est plus interne au système scolaire unifié en cours de construction. En effet, l’enseignement technique féminin en particulier, construit sur le modèle de l’enseignement technique masculin mais en retrait, participe volontairement à l’émancipation revendiquée par les femmes. Pour atteindre cet objectif d’équité, il semble qu’il doive d’abord s’aligner sur le modèle de l’enseignement masculin quitte à nier partiellement les orientations éducatives qu’il défend. C’est dans cet antagonisme culturel et idéologique « de la couturière et de l’ingénieur », que de nouveaux parcours de haut niveau réussissent à s’installer et à s’étendre. Ainsi, la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à seize ans disqualifie un enseignement ménager visant la seule préparation à l’entrée dans la vie, alors retardée. L’enseignement ménager dans ses deux formes institutionnelles, l’enseignement ménager agricole et l’enseignement ménager familial dans l’enseignement primaire, secondaire et technique, n’a plus qu’une légitimité sociale et scolaire pour les jeunes filles les plus démunies. Contrairement aux Etats-Unis notamment où, de longue date, est installée une voie d’excellence dans les facultés de sciences domestiques, l’enseignement ménager ou l’éducation ménagère, sans réelle perspective en raison du refus de son développement universitaire, malgré le combat de Paulette Bernège, ne peut que disparaître.

 

Genre&Europe:  Qu’en est-il de l’enseignement ménager en Europe ? Le cas français est-il comparable ou au contraire distinct de ce qu’on peut observer dans les autres pays européens au cours de la période que vous étudiez (1880-1980) ?

 

Joël Lebeaume : Au plan international, les années 1970 constituent une période de transition avec l’abandon de l’étiquette « enseignement ménager » et sa substitution par « économie familiale » comme l’indique nettement le changement en 1970 de la Fédération Internationale pour le Développement de l’Enseignement Ménager (créée en 1922) en Fédération Internationale pour l’Economie Familiale (International Federation for Home Economics: http://www.ifhe.org/). À cette date, selon le développement, la mixité et le statut social et scolaire de cet enseignement ménager, la conversion a été plus ou moins radicale. Il est relégué en tant qu’enseignement d’urgence pour une préparation pratique à la vie des jeunes filles scolarisées dans des voies d’accueil. Il est converti d’une part en un enseignement visant les professions du secteur sanitaire et social ou d’autre part en un enseignement scientifique et technologique dans les domaines de la nutrition et de la technologie alimentaire, des sciences de la consommation, de la vie ou de santé, de la technologie du confort dans la conception des produits ou des environnements. Ces formations supérieures contribuent également à la formation des enseignants spécialistes susceptibles d’intervenir dans la formation des maîtres afin d’initier à l’économie domestique, les enfants et adolescents au cours de leur scolarité obligatoire. Le site de l’IFHE indique un recensement en cours de ces formations en révélant un intérêt manifeste, prioritairement dans les pays d’Europe du Nord et de l’Est, plus sensibles aux enjeux de développement des Life Skills dans l’éducation de base. Une étude précise sur cette géographie scolaire à l’échelle européenne serait largement utile afin de comprendre les fondements de cette éducation générale, par exemple associée aujourd’hui au développement durable comme en Finlande, en Australie, au Canada ou au Japon.

 

Genre&Europe : Merci beaucoup pour cet entretien. Pour en savoir plus sur Joël Lebeaume et ses travaux, voir http://eda.shs.univ-paris5.fr/spip2/spip.php?article270 et http://joel.lebeaume.monsite-orange.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *