Appel à communications – Les institutions face au veuvage en Europe

Veuves, veufs et veuvages en Europe à l’époque contemporaine – Trois journées d’études

 

index

 

Ce projet est né du constat qu’il n’existait pas de réflexion générale sur le veuvage en Europe à l’époque contemporaine, à la différence d’autres périodes historiques. Pourtant, malgré sa quasi invisibilité aujourd’hui en raison principalement de l’amélioration des conditions de vie et des transformations des structures familiales, le veuvage n’en reste pas moins, entre le début du XIXe siècle et les années 2000, un phénomène démographique d’importance, touchant plus ou moins 10% de la population en période de paix et beaucoup plus en période de conflit. Du fait de son impact juridique, social, culturel et psychologique, le veuvage constitue un prisme intéressant pour penser l’histoire des pratiques et des représentations des sociétés européennes. A ce titre, le présent appel à communication est ouvert aux différentes disciplines des sciences humaines et sociales : histoire, sociologie, droit, économie, sciences politiques, sciences de gestion, psychologie, littérature, afin de croiser les approches et les regards.

Par ailleurs, le poids des frontières nationales et le cadre local ou étatique des législations a, jusqu’à aujourd’hui, fortement pesé sur la manière de concevoir les phénomènes juridiques, sociaux et culturels comme le veuvage. L’un des objectifs de ce projet de journées d’étude est d’inviter à renouveler les réflexions à ce propos, en incitant à des études comparatistes ou transnationales. Les réflexions pourront s’opérer selon deux focales. L’une interne, observant la diversité des veuvages en Europe, les comparant et tentant d’en saisir les éventuelles interactions et les influences mutuelles. L’autre externe, visant à définir les similitudes et caractéristiques qui sont propres aux sociétés européennes en matière de veuvage, au-delà des différences. Il s’agira, en somme, de dégager les spécificités locales des veuvages européens, les uns vis-à-vis des autres, et les spécificités européennes de ces veuvages vis-à-vis du reste du monde. A ce titre, les études sur la vision que les Européen.ne.s portent sur les autres veuvages pratiqués dans le monde ou, à l’inverse, celles sur les perceptions des non-Européen.ne.s sur les pratiques des populations du Vieux Continent peuvent prendre place dans la réflexion.

Ce projet, enfin, vise à penser le veuvage dans sa dimension genrée, ce qui, notamment, implique de ne pas assimiler le veuvage exclusivement à une situation féminine. En effet les veufs sont de grands oubliés de l’historiographie et il serait intéressant d’analyser les raisons et les conséquences de cette absence dans les politiques sociales et les représentations culturelles. Penser le veuvage masculin permettra de mieux mettre en perspective les particularités du veuvage féminin et de dégager les rapports sociaux et de pouvoir afférents aux différences de traitement ou de situation selon le sexe.

Trois axes transversaux ont été définis, chacun introduisant ces trois dimensions, pluridisciplinaire, européenne et genrée. Chaque axe fera l’objet d’une journée d’étude :
–    Journée d’étude 1 : Les institutions face au veuvage en Europe (2014)
–   Journée d’étude 2 : Normes, pratiques et représentations du veuvage en Europe (2015)
–   Journée d’étude 3 : Guerres et veuvages en Europe (2016)

 

Le présent appel concerne la journée 1 : Les institutions face au veuvage en Europe.

 

Journée d’étude 1 : Les institutions face au veuvage en Europe ( 8 décembre 2014, Bordeaux)

 

Journée organisée avec le concours de l’Université de Bordeaux, du Centre Aquitain d’Histoire du Droit et du LabEx « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe ».

 

Le terme « institutions » inclut ici autant les collectivités publiques (communales, régionales, étatiques, européennes…) que privées (corporatistes, religieuses…). Quelle place tient le veuvage aux yeux des diverses institutions privées ou publiques ? Le veuvage est-il considéré comme un état digne d’intérêt par les unes et les autres ? Quelles institutions se préoccupent le plus de ces populations selon les lieux et les époques ? Quels rapports entretiennent ces institutions entre elles (notamment entre le public et le privé) ? Sont-ce des relations d’influence, de concurrence… ? Comment les veufs et veuves parviennent à se faire reconnaître par ces institutions ? Trois sous-axes peuvent guider les chercheurs :
¬    Diversité et rayonnement des institutions concernées par le veuvage
¬    Les modalités d’intervention des institutions face au veuvage
¬    Les acteurs et les actrices de la reconnaissance institutionnelle du veuvage
    

Aspects pratiques :

Comité d’organisation :
Peggy Bette (CERHIO, Rennes 2)
Christel Chaineaud (CAHD, Bordeaux 4)

Comité scientifique :
•    Peggy Bette (CERHIO, université Rennes 2)
•    Christel Chaineaud (CAHD, université Bordeaux)
•    Magali Della Sudda (centre Emile Durkheim, Sciences Po-Bordeaux)
•    Françoise Leborgne-Uguen (université de Bretagne occidentale-Brest)
•    Yannick Marec (GRHIS, université Rouen)
•    Simone Pennec (université de Bretagne occidentale-Brest)
•    Paulette Robic (IEMN-IAE, université Nantes)
•    Bruno Valat (centre universitaire Jean-François Champollion-FRAMESPA- université Toulouse 2)
•    David G. Troyansky (Brooklyn College et le Graduate Center, City University of New York )
•    Olivier Vernier (ERMES, université Nice-Sophia Antipolis)
•    Fabrice Virgili (IRICE, université Paris 1)

Modalités de soumission des propositions de communication :
Les propositions de communication devront contenir les informations suivantes :
•    Nom, prénom
•    université ou laboratoire de rattachement
•    fonction
•    Titre envisagé de la communication
•    Texte de 2 à 3 000 signes en français ou en anglais précisant le contenu, la méthodologie et les sources
La date limite de soumission des propositions de communication pour la première journée est le 20 juin 2014. Le comité scientifique répondra dans un délai d’un mois. Un nouvel appel à communication sera fait pour les journées 2 et 3 mais toutes les propositions sont d’ors et déjà bienvenues.
Les propositions de communication sont à adresser à veuvages.europe@gmail.com
Pour toutes informations complémentaires : veuvages.europe@gmail.com

 

LOGO Veuvages

 

Widows, widowers and widowhoods in Europe in the contemporary period
(19e-20e centuries)

Workshops
Call for papers

This project arose from the fact that there was no general study on widowhood in Europe in the contemporary period, unlike other historic periods. Despite being almost invisible today, mainly because of the improvement in living conditions and transformations in family structures, widowhood has still been an important demographic phenomenon between the beginning of the 19th century and the 2000s. Because of its legal, social, cultural and psychological impact, widowhood constitutes an interesting prism through which to analyse the history of the practices and representations of European societies. As such, the present call for papers is addressed to the various disciplines of the human and social sciences : history, sociology, law, economy, political science, management, psychology, and literature, in order to compare different approaches and points of view.
Futhermore, the weight of national borders and the local or state frame of legislation has strongly influenced, until today, the way of conceiving legal, social and cultural phenomena such as widowhood. One of the objectives of this project is to review this conception by inspiring comparative or transnational studies. The studies can take place at two levels : the internal level, observing the diversity of widowhoods in Europe, comparing them and trying to understand possible interactions and mutual influences ; the external level, seeking to define similarities and characteristic differences between European societies regarding widowhood and the specificities of European widowhoods compared with the rest of the world.
This project, finally, aims at thinking of widowhood in its gendered dimension, in particular, avoiding the assimilation of widowhood exclusively to a feminine situation. Indeed widowers are the forgotten people of historiography and it would be interesting to analyse the reasons and the consequences for this absence in social policies and cultural representations. To think about male widowhood will allow a better perspective on the peculiarities of female widowhood and will highlight the social relationships and power relations in the context of differences in treatment or situation by sex.
Three transverse axes have been defined, each introducing three dimensions : multidiscipinary, European and gender. Every axis will be the object of a workshop :
¬    Day 1 : Institutions and widowhood, on Monday, december 8th 2014, Bordeaux
¬    Day 2 : Standards, practices and representations of widowhood on 2015
¬    Day 3 : Wars and widowhoods on 2016 in Paris

Workshop 1 : Institutions and widowhood in Europe
The term « institutions » includes here as much public authorities (municipal, regional, state, European) as private authorities (corporatist, religious). What place does widowhood hold in the eyes of diverse private or public institutions ? Is widowhood considered by these institutions a state worthy of interest ? Which institutions are most interested in these populations according to place and time ? What relationships do these institutions maintain among themselves (in particular between the public and the private) ? Do they have relations of influence, of competition ? How do widowers and widows manage to be recognized by these institutions ? Three sub-axes can guide researchers :
¬    Diversity and influence of institutions concerned by widowhood
¬    Modalities of intervention by institutions relating to widowhood
¬    Actors and actresses in the institutional recognition of widowhood

Steering committee
Peggy Bette (CERHIO, Rennes 2) and Christel Chaineaud (CAHD, Bordeaux)

Scientific committee :
Peggy Bette (CERHIO, université Rennes 2), Christel Chaineaud (CAHD, université Bordeaux), Magali Della Sudda (centre Emile Durkheim, Sciences Po-Bordeaux), Françoise Leborgne-Uguen (université de Bretagne occidentale-Brest), Yannick Marec (GRHIS, université Rouen), Simone Pennec (université de Bretagne occidentale-Brest), Paulette Robic (IEMN-IAE, université Nantes), Bruno Valat (centre universitaire Jean-François Champollion-FRAMESPA- université Toulouse 2), David G. Troyansky (Brooklyn College et le Graduate Center, City University of New York ), Olivier Vernier (ERMES, université Nice-Sophia Antipolis), Fabrice Virgili (IRICE, université Paris 1).

–   Forms of the proposals of communication : text from 2 to 3000 signs in French or in English with name, university or institution. The text must include sources and methods.

–    Deadline of submission : in june 20th, 2014 for the first workshop. A new call for papers will be made for workshop 2 and 3 but all proposals are welcome.
–    Thanks for sending your proposal of communication to veuvages.europe@gmail.com
–   For more enquiries : veuvages.europe@gmail.com

LOGO Veuvages


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Lucy Baugnet dit :

    Avez-vous publié ce colloque en tout ou en partie . Synthèses de communications, programme ?

    • Régis Schlagdenhauffen dit :

      Un compte rendu du colloque sera publié sur notre Carnet hypothèse d’ici peu ainsi que dans la revue Vingtième siècle. Par ailleurs, nous publierons les synthèses des communications sous forme de livre.

    • Julie Le Gac dit :

      Une publication sera réalisée à l’issue des trois journées d’étude (la dernière est prévue à l’automne 2016).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *