Appel à communications – Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXe siècle, une lecture genrée

Colloque du LabEx EHNE – Axes 4 et 6

Université de Nantes et de Paris-Sorbonne

Logo

Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXe siècle : une lecture genrée

Nantes, 4-5 décembre 2014

 

 

Dans le sillage d’importants colloques et numéros de revue portant sur les femmes et le genre en situation coloniale (notamment « La femme dans les sociétés coloniales[1] » en 1985, plus récemment, le numéro « Colonisations » de la revue Clio, paru en 2011[2], ou encore en 2012, le colloque « Femmes et genre en contexte colonial, xixe-xxe siècles[3] »), cette rencontre se propose d’examiner à l’aune du genre les circulations européennes dans les Empires coloniaux au xixe siècle.

Il s’agit ainsi de croiser l’étude d’objets de recherche longtemps négligés. D’abord, le rôle des femmes dans l’histoire coloniale et dans l’histoire des mobilités au sens large. L’histoire des Empires européens s’est d’abord écrite sans tenir compte de l’identité genrée des acteurs et actrices qui les ont construits, et les mobilités ont longtemps été décrites comme un phénomène éminemment masculin, les femmes étant le plus souvent considérées comme des « suiveuses » passives. Néanmoins, l’historiographie récente a été amenée à réévaluer la place des femmes et l’impact des assignations de genre sur les déplacements féminins et masculins en situation coloniale[4]. Ce colloque se propose ainsi de saisir les mobilités d’Européen.ne.s dans l’espace colonial, ou plutôt dans les espaces coloniaux, puisque les Empires constitués par les métropoles européennes seront ici envisagés dans toute leur diversité.

 

Il s’agira de considérer tout à la fois les circulations volontaires ou forcées, en allant du simple voyage jusqu’au déplacement faisant suite à une mesure de bannissement ou à un exil politique. Cette rencontre veut d’abord examiner dans toute leur variété les figures féminines qui se sont alors déplacées depuis l’Europe vers l’espace colonial : celles qui ont voyagé et exploré ; celles qui ont contribué à peupler l’espace colonial ; celles qui ont instruit, soigné, enfanté ou évangélisé ; et enfin les femmes bannies ou exilées au sein même de l’espace colonial.

Le colloque s’intéressera plus largement aux migrations et mobilités européennes  entre métropoles et colonies, mais aussi aux circulations qui ont relié entre eux les espaces coloniaux au xixe siècle :

–       Comment expliquer les différences de comportements migratoires entre hommes et femmes en situation coloniale ?

–       Est-ce que les femmes européennes ont pu devenir les actrices de mobilités au sein de l’espace colonial ?

–       Quelles ont été les perceptions genrées de ces mobilités et circulations dans les Empires ? Peut-on parler de formes de déconsidération pour les femmes qui se déplaçaient hors de la tutelle maritale ?

–       Quelles ont été les limitations, ou au contraire les incitations apportées par les autorités coloniales à ces circulations, ont-elles été différentes selon qu’il s’agissait de mobilités féminines ou masculines ?

–       Enfin, quel impact les circulations européennes ont-elles eu sur les rapports et assignations de genre au sein des populations coloniales ?

 

En envisageant les déplacements en situation coloniale selon une lecture genrée, il s’agit de remettre le genre en mouvement, mais également de contribuer à une histoire comparée des empires au xixe siècle, en privilégiant le moment où ils se sont constitués plutôt que leur apogée, plus largement étudié de ce point de vue dans l’historiographie.

Les sources examinées dans les communications intègreront les fonds politiques, judiciaires et administratifs, sans négliger dans la mesure du possible archives privées, ressources iconographiques et récits de voyage, qui permettent d’identifier les stratégies propres aux actrices et acteurs de ces déplacements et de comprendre l’impact des déplacements volontaires et forcés des Européen.ne.s sur les sociétés coloniales.

Les communications, d’une durée de 25 minutes, pourront s’effectuer en français, en anglais ou en espagnol. Le comité scientifique du colloque se réunira le lundi 30 juin pour sélectionner les propositions de communications et le programme définitif sera élaboré en septembre 2014.

Les propositions de communication d’une vingtaine de lignes doivent être envoyées accompagnées d’un bref CV avant le 29 juin 2014 aux adresses suivantes :

labexehne4@univ-nantes.fr et delphine.diaz@paris-sorbonne.fr

Pour télécharger l’appel à communications :

APPEL – Lecture genrée Empires coloniaux

Steamer Algeria

 

Comité d’organisation :

 

Virginie Chaillou-Atrous (Université de Nantes, LabEx EHNE)

Delphine Diaz (Université de Paris-Sorbonne, LabEx EHNE)

 

 

Comité scientifique :

 

  • Antonio de Almeida Mendes (Université de Nantes – LabEx EHNE)
  • Pascale Barthélemy (ENS de Lyon)
  • Anne-Laure Briatte-Peters (Université de Paris-Sorbonne – LabEx EHNE)
  • Michel Catala (Université de Nantes – LabEx EHNE)
  • Sophie Dulucq (Université de Toulouse Le Mirail)
  • Jean-François Klein (Université de Nantes – LabEx EHNE)
  • Hubert Gerbeau (Aix-en Provence)
  • Rebecca Rogers (Université Paris-Descartes)
  • Christelle Taraud (New York University in France)
  • Françoise Thébaud (Université d’Avignon – LabEx EHNE)
  • Fabrice Virgili (CNRS – LabEx EHNE)

 

 

Organisation du colloque :

 

  • Date et lieu de la manifestation : 4-5 décembre 2014, Université de Nantes.
  • Envoi de l’appel à communications : 28 avril 2014.
  • Réunion du conseil scientifique : lundi 30 juin 2014.
  • Élaboration définitive du programme du colloque : début septembre 2014.

 

 Version anglaise de l’appel 

Conference organised by LabEx EHNE

Research axes 4 and 6

University of Nantes and University Paris-Sorbonne

 

 

European population circulation in the era of nineteenth-century colonial empires: a gendered reading

 

Nantes, 4-5 December 2014

 

 

In the wake of important conferences and special issues of academic journals on women and gender within the colonial context – notably ‘La femme dans les sociétés coloniales’[1] in 1985, and more recently the special issue on ‘Colonisations’ in the journal Clio, published in 2011,[2] or the 2012 conference ‘Femmes et genre en contexte colonial, xixe-xxe siècles’[3] – this meeting aims to examine European circulation in nineteenth-century empires through the lens of gender.

            This will allow us to bring together two long-neglected objects of research: the role of women in colonial history and their role in the history of population circulation more generally.  The history of European empires was at first written without taking into account the gendered identity of the actors of both sexes who constructed them, and population circulation has long been described as a purely male phenomenon, women often being considered as passive ‘followers’.  However, recent historiography has begun to reevaluate the place of women and the impact of gendered assumptions or labels regarding male and female population movements in the colonial context[4].  This conference thus aims to consider European population circulation in the colonial space, or rather the colonial spaces, since the empires established by European powers will be considered in all their diversity.

 

Voluntary and forced circulations will be considered, from simple journeys to population displacements resulting from banishment or political exile.  This conference first aims to examine the multiple varieties of women who moved from Europe to the colonial space: those who embarked on journeys for leisure and exploration; those who first contributed to populating the colonial space; those who taught, offered care, gave birth, or evangelised; and finally those women banished or exiled to the colonial space.

 

The conference will focus more generally on European migration and mobility between mainland European countries and their colonies, but also on the population circulations connecting nineteenth-century European spaces, considering the following questions:

–       How can we explain the differences in migratory behaviour between men and women in the colonial context?

–       What were the gendered perceptions of this mobility and population circulation within empires?  Can we speak of notions of disrepute regarding women who circulated outside of marital supervision?

–       How were these circulations supported or limited by the colonial authorities, and were these different for female or male circulation?

–       Finally, what was the impact of these European circulations on gender relations and gender assumptions among colonial populations?

 

By examining population movement in the colonial context through the lens of gender, we will move away from a static history of gender, as well as contributing to a comparative history of nineteenth-century empires, favoring the moment when they were created rather than their apogee, which has received more attention in the historiography. 

The sources examined in the papers will integrate political, judicial and administrative documents, as well as (where possible) private archives, iconographic sources and written travelogues, which allow for an understanding of the agency of those involved in population movement and of the impact of voluntary and forced displacement on colonial society.

Papers will last 25 minutes and can be presented in French, English or Spanish.  The steering committee of the conference will meet on Monday 30June to select papers from among the proposals and the programme will be finalized in September 2014.

Paper proposals, of around 20 lines, should be accompanied by a brief CV and should be sent to both the following e-mail addresses by 29 June 2014:

labexehne4@univ-nantes.fr and delphine.diaz@paris-sorbonne.fr

 

 

Organising committee:

 

Virginie Chaillou-Atrous (Université de Nantes – LabEx EHNE)

Delphine Diaz (Université de Paris-Sorbonne – LabEx EHNE)

 

 

Steering committee:

 

  • Antonio de Almeida Mendes (Université de Nantes – LabEx EHNE)
  • Pascale Barthélemy (ENS de Lyon)
  • Anne-Laure Briatte-Peters (Université de Paris-Sorbonne – LabEx EHNE)
  • Michel Catala (Université de Nantes – LabEx EHNE)
  • Sophie Dulucq (Université de Toulouse Le Mirail)
  • Jean-François Klein (Université de Nantes – LabEx EHNE)
  • Hubert Gerbeau (Aix-en Provence)
  • Rebecca Rogers (Université Paris-Descartes)
  • Christelle Taraud (New York University in France)
  • Françoise Thébaud (Université d’Avignon – LabEx EHNE)
  • Fabrice Virgili (CNRS – LabEx EHNE)

 

 

Organisational details and calendar:

 

  • Date and time of the conference: 4-5 December 2014, University of Nantes.
  • Date on which the call for papers was sent: 28 April 2014.
  • Meeting of the steering committee: Monday 30 June 2014.
  • Date on which the conference programme will be finalised: beginning of September 2014.

Bibliographie succincte :

 

Robert Aldrich, Kirsten McKenzie (dir.), The Routledge History of Western Empires, Oxon, United Kingdom, Routledge, 2013.

Pascale Barthélemy, « Expansion européenne et sociétés coloniales : la part des femmes », dans Françoise Thébaud et alii (dir.), La Place des femmes dans l’histoire : une histoire mixte, Paris, Belin, 2010, p. 231-238.

Pascale Barthélémy, Luc Capdevila et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Colonisations », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 33, 2011.

Nupur Chaudhuri et Margaret Strobel, Western Women and Imperialism : Complicity and Resistance, Bloomington, Indiana University Press, 1992.

Julia Ann Clancy-Smith, Mediterraneans: North Africa and Europe in an Age of Migration, c. 1800-1900, Berkeley, University of California Press, 2011.

Julia Ann Clancy-Smith et Frances Gouda, Domesticating the Empire : Race, Gender and Familiy Life in French and Dutch Colonialism, Charlottesville/Londres, University Press of Virginia, 1998.

Midgley Clare (dir.), Gender and Imperialism, Manchester, Manchester University Press, 1998.

Collectif, La Femme dans les sociétés coloniales : table ronde, Groningen-Amsterdam, Aix-en-Provence, I.H.P.O.M., 1984.

Collectif, Famille en situation coloniale, Annales de Démographie historique, n° 122, Belin, 2011.

Collectif, Migrations, minorités et échanges en océan Indien, xixe-xxe siècles, Aix-en-Provence, Institut d’Histoire des pays d’outre-mer, 1979.

Pascale Coraboeuf, Les Femmes à travers les récits de voyage à l’île Bourbon et l’île de France au xviiie et xixe siècles, mémoire de maîtrise en histoire, Université de Provence, 2004.

Joy Damousi, Depraved and Disorderly : Female Convicts, Sexuality and Gender in Colonial Australia, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Claire Fredj, « Encadrer la naissance dans l’Algérie coloniale. Personnels de santé et assistance à la mère et à l’enfant indigène (xixe-début du xxe siècle) », Annales de démographie historique, n° 122, Belin, Paris, 2011.

Clélie Gamaleya, « Histoire de la femme à la Réunion jusqu’à l’abolition de l’esclavage », Les Femmes des DOM, Les Dossiers de l’outre-mer, n° 82, 1986.

Arlette Gautier, « Femmes et colonialisme », dans Marc Ferro (dir.), Le Livre noir du colonialisme, Paris, Laffont, 2003, p. 569-607.

Claudine Guiard, Des Européennes en situation coloniale, Algérie 1830-1939, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2009.

Anne Hugon (dir.), L’Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, xxe siècle, Paris, Karthala, 2004.

Benoît Jullien (dir.), La Photographie coloniale dans l’océan Indien, 1890-1910, Catalogue, Archives départementales de la Réunion, 2001 (album d’Anna et Pierre Labarthe/ Album Boulangier Hoareau.)

Yvonne Kniebiehler et Régine Goutalier, La Femme au temps des colonies, Paris, Stock, 1985.

Sylvie Le bayon, Les Femmes françaises et la colonisation. Etude de leur présence sociale, thèse de doctorat en sciences humaines, Université de Provence, 1987.

Billie Melman, Women’s Orients: English Women and the Middle East, 1718-1918: Sexuality, Religion and Work, Londres & Ann Arbor, Macmillan & University of Michigan Press, 1995.

Billie Melman, « Orientations historiographiques. Voyage, genre et colonisation », Clio. Histoire, femmes, sociétés, n° 29, 2008, p. 159-184.

Kirsty Reid, Gender, Crime and Empire : Convicts, Settlers and the State in Early Colonial Australia, Manchester, Manchester University Press, 2007.

Marie Rodet, Les Migrantes ignorées du Haut-Sénégal : 1900-1946, Paris, Karthala, 2009.

Rebecca Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story : Madame Luce in Nineteenth-Century Algeria, Stanford, Stanford University Press, 2013.

Bonnie G. Smith, « Les femmes dans l’histoire mondiale », traduit de l’anglais par Hélène Tronc, Clio. Femmes, Histoire, Sociétés, n° 32, 2010, p. 165-188.

Ann Laura Stoler, La Chair de l’empire : savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, traduit de l’anglais par Sébastien Roux, Paris, La Découverte, 2013.

Christelle Taraud, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris, Payot, 2003.

Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2013, (1re édition en 1998).

Auguste Toussaint, « Le rôle des femmes dans les migrations », Mouvements de population dans l’océan Indien (actes du 4e congrès de l’Association historique internationale de l’océan Indien et du 14e colloque de la Commission internationale d’histoire maritime, tenu à Saint-Denis de la Réunion du 4 au 9 septembre 1972), Paris, Honoré Champion, 1979, p. 259-272.

Michel Vezier, Les « chirurgiens navigants » français de l’émigration indienne au xixsiècle, vers les Mascareignes et les Antilles, thèse de doctorat de médecine, Université de Nantes, 1983.


 

[1] Collectif, La Femme dans les sociétés coloniales : table ronde, Groningen-Amsterdam, Aix-en-Provence, I.H.P.O.M., 1984.

[2] Pascale Barthélémy, Luc Capdevila et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Colonisations », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 2011, n° 33.

[3] Colloque « Femmes et genre en contexte colonial », organisé par Pascale Barthélemy, Anne Hugon, et Christelle Taraud, Paris, 19-21 janvier 2012. Voir le site consacré à cette rencontre : http://genrecol.hypotheses.org/

[4] Anne Hugon (dir.), L’Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, xxe siècle, Paris, Karthala, 2004.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Martine Spensky dit :

    Bonjour, je m’aperçois avec étonnement de l’existence de ce colloque et avec peine que la date limite pour remettre les resumés est deja passée. Dommage! J’ai écrit deux ou trois articles sur les sociétés d’émigration feminines, en Grande-Bretagne, au tournant des 19e et 20e siècles. J’ai l’intention de continuer, toujours a propos de ces sociétés d’émigration (deux sociétés principales en Grande-Bretagne: la British Women’s Emigration Society et la South African Emigration Society, sociétés qui publient ensemble un journal écrit par les femmes, pour les femmes: The Imperial Colonist), a travailler sur les employees de ces sociétés, les « matrons » qui « protégeaient » – surveillaient – les femmes pendant le voyage et se portaient garant de leur moralité pendant le – très long – voyage vers l’Australie, le Canada ou l’Afrique du Sud. Est-ce qu’un tel travail vous intéresserait? Y a-t-il des défections qui feraient que je pourrais éventuellement intervenir dans ce colloque?

    Cordialement,

    Martine Spensky
    Professeure Emerite de Civilisation Britannique et
    Histoire des Idées (19e et 20e siècles)
    Université Blaise Pascal
    Clermont II

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *