5 juin – séminaire « Genre & Europe » – communication de Yannick Ripa

Séance 3 du séminaire « Genre & Europe », intervention de Yannick Ripa à l’Institut historique allemand

Nous avons le plaisir d’annoncer la dernière séance pour l’année 2014 du séminaire « Genre & Europe » animé par l’axe « Genre » du LabEx « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe ». Yannick Ripa (professeure à l’Université Paris 8, LabEx EHNE) présentera une communication sur l’histoire de la prostitution en Europe. Deux intervenantes discuteront son intervention : Ingrid Gilcher-Holtey (Université de Bielefeld) et Nicole Siller (Université de Groningen).

Jeudi 5 juin 2014

18 h – 20 h

Logo AXE 6Sans titre1

 

            Yannick Ripa

De la prostitution à la traite des femmes : vers une politique européenne commune ?

Années 1800 : le Consulat français décide de réglementer la prostitution, considérée à la fois comme un mal nécessaire aux besoins de la sexualité masculine et comme un fléau moral, sécuritaire et sanitaire. Contrôler les prostituées en les enregistrant à la Préfecture de police en canalisant leurs activités dans des maisons de tolérance contrôlées par  des policiers des moeurs, en luttant contre la contamination vénérienne par un suivi sanitaire, tels sont les  objectifs du réglementarisme. S’il est imposé dans l’Europe napoléonienne, l’empire effondré, les Etats redevenus souverains n’abandonnent pas ce règlement de la prostitution ; l’Angleterre elle-même adopte the French system en 1865-1869.  On identifie là, en Europe, une politique étatique commune qui perdure malgré les changements de régimes au cours du long XIXe siècle ; elle invite à s’interroger sur ses fondements, éventuellement  révélateurs d’un élément identitaire européen : une même appréhension du fait prostitutionnel et ce en raison d’une analyse genrée partagée.

De même, les opposant-e-s à la « prostitution officielle » – les abolitionnistes – élaborent un projet commun qui, parti d’Angleterre, repose sur la constitution de réseaux transnationaux réunis dans la Fédération britannique, continentale et générale pour l’abolition de la prostitution (puis Fédération abolitionniste internationale, FAI). Quelles sont les raisons de cette européanisation prétendument apolitique qui semble reposer sur un consensus tout aussi fort et cohérent que celui qui cimente les réglementaristes ? Si la configuration des camps face à la « prostitution officielle » s’avère relativement simple, le développement, supposé ou réel, de la Traite des blanche brouille les lignes de partage,  reconfigure les alliances et appelle à une véritable politique européenne, puis internationale. Le rôle des Etats-Unis, initiateur d’enquêtes en fin de siècle, devient majeur ; après la Première Guerre mondiale, la Société des Nations s’empare de la question désormais dite de la Traite des femmes et des enfants ; son rapport de 1927 devient la matrice de toute réflexion et politique dont hérite en 1949 l’ONU.

Pour venir à l’Institut historique allemand :

8, rue du Parc Royal

75003 Paris

Métro Saint-Paul (ligne 1)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *