Journée d’étude – La citoyenneté féminine, l’action publique et l’idée d’un « woman problem » pendant l’entre-deux guerres

Le mardi 7 avril 2015, l’Atelier Histoire du genre organise en collaboration avec Clarisse Berthezene une autre demi-journée d’étude sur l’histoire du « woman problem » en France et en Grand Bretagne dans la période d’entre deux guerres.
La journée aura lieu à l’Université Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, 8e étage – 8, place Paul Ricoeur,Paris, France (75013)

Argumentaire

L’historiographie britannique a longtemps accrédité l’idée d’un ‘recul’ dans les avancées du mouvement féministe dans les années d’entre-deux guerres, plus spécifiquement et paradoxalement après la loi sur le droit de vote des femmes en 1928 : il y aurait eu un ‘backlash’ contre le féminisme et la décennie des années trente marquerait un repli sur un féminisme dit domestique, c’est-à-dire une valorisation de la femme dans ses fonctions maternelles et domestiques. De fait le ‘woman problem’ –expression qui apparaît en réaction à la ‘New Woman’ de la fin du 19e siècle- devient central aux débats sur la citoyenneté dans l’entre-deux guerres : ‘womanhood’, le fait d’être une femme,  est construit comme un problème, non seulement culturel et politique, mais également comme une question économique, démographique et sexuelle. ‘L’existence même des femmes semble désormais faire polémique’ explique Winifred Holtby en 1934. L’obtention du droit de vote en 1928 pose de manière plus urgente la question de la place des femmes dans la sphère publique et c’est ce processus de construction d’une citoyenneté nouvelle, en permanente négociation, qu’il s’agit d’appréhender. Croiser la problématique avec le cas français permet de questionner les spécificités nationales et d’interroger cette idée de ‘recul’ du féminisme dans les deux pays. L’idée de ‘recul’ implique qu’il y aurait eu des avancées pendant la première guerre mondiale, ce que l’historiographie la plus récente remet en cause. Il s’agit donc d’établir un regard croisé sur la construction de la condition et de la citoyenneté féminine dans les deux pays, et de mettre en perspective critique l’idée d’un ‘backlash’ et d’un ‘woman problem’ comme grilles de lecture pour comprendre la condition sociale et politique des femmes pendant les années 1930.

 

Programme

  • 9h : Clarisse BERTHEZENE (Université Paris-Diderot-CRH) Florence BINARD (Université Paris-Diderot), Présentation

9h45-­11h45

  • Lucy BLAND (Anglia Ruskin University) The Flapper and the ‘Woman Problem’ in 1920s Britain
  • Dominique FOUCHARD (Lycée Hélène Boucher) Les Poilus, les femmes et la famille après 1918

11h45-­12h : Pause

  • Laura DOAN (University of Manchester) The Lust for Measurement and the Measurement for Lust: Marie Stopes’s Wonderful Rhythm Charts

14h15

  • Christine BARD (Université d’Angers) La garçonne, suite et fin
  • Julie GOTTLIEB (University of Sheffield) Hysteria, the Home and ‘Herstory’ of the Munich Crisis in Britain

16h15-­16h30 : Pause

  • Cécile FORMAGLIO (BNF) Fighting for women’s rights in interwar France: The example of Cécile Brunschvicg (1877-1946)
  • Discutantes : Myriam BOUSSAHBA (Université Paris-Diderot) Laura LEE DOWNS (IUE, Florence)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.