Appel à contributions : « Genre et alimentation. Processus sociaux, cultures, politiques »; Genesis. Rivista della Società Italiana delle Storiche.

« Genesis » ‒ http://www.viella.it/riviste/testata/6/ ‒ invite à présenter des contributions pour un numéro thématique sur le genre et la production, la circulation, la distribution des ressources alimentaires.

Ouvert à des échelles spatiales diversifiées et à une diachronie longue, allant de la période moderne jusqu’à l’époque contemporaine, le numéro se propose de valoriser le considérable corpus de recherches qui a été produit pendant les dernières décennies autour de l’alimentation en adoptant une perspective spécifique, celle du genre, qui est depuis quelques années au cœur de cette réflexion sans pour autant en avoir épuisé les innombrables facettes.

La recherche historique et en sciences sociales a abordé la production et la consommation des aliments à partir de nombreuses, et très stimulantes, perspectives d’analyse. Dans le domaine de l’anthropologie, qui a exploré la fonction de l’alimentation dans la construction de l’ordre symbolique de la société (M. Douglas), les pratiques alimentaires ont été abordées comme un outil essentiel pour accéder aux dynamiques familiales du quotidien (M. de Certeau) : la répartition des tâches à l’intérieur des familles, la structuration et les transformations des espaces domestiques consacrés à la préparation des aliments, la relation entre la consommation des repas et la construction des routines familiales. Mais l’alimentation est de manière plus générale une thématique centrale pour l’histoire sociale, dans la mesure où elle donne des indications précieuses sur l’évolution des inégalités sociales et des différences culturelles : la diversité des goûts alimentaires, qui sont un élément constitutif des styles de consommation (P. Bourdieu), est l’un des facteurs de la reproduction des inégalités y compris dans les sociétés « de l’abondance ». Par ailleurs, les pratiques alimentaires participent également à la définition des espaces publiques et privés, et en particulier au déroulement des rituels d’identification des genres et des générations, en situant la recherche historique au croisement entre les modes de production de la subjectivité et les grands dispositifs de gouvernement de la société : l’État, les systèmes d’éducation, les media.

La relation entre les pratiques de la consommation alimentaire et les identités culturelles permet également de reconnaître la dimension politique de la consommation. Dans le domaine de la construction discursive des identités, l’alimentation a produit des rhétoriques très différentes, qui vont de l’apologie du métissage à la revendication d’origines culturelles exclusives et solidement construites. La circulation des genres alimentaires, les cultures et le pratiques culinaires, la dimension rituelle de la consommation, sont en effet pour les groupes sociaux un outil de définition identitaire et d’appartenance et, en même temps, d’érosion des fondements de leur existence matérielle et symbolique. Comme la recherche sur les relations entre alimentation et migrations l’a bien souligné, l’utilisation simultanée des catégories de genre, ethnicité, classe, religion, constitue un prisme nécessaire à cette analyse.

L’alimentation est aussi intimement liée aux cultures et politiques du corps. Il s’agit d’un domaine dans lequel les « food studies » et l’histoire des sciences et de la médicine (mais aussi de la religion et de ses modèles normatifs) se connectent à la réflexion sur la production des normes et modèles corporels, toujours fortement connotés socialement comme masculins ou féminins. Mais bien évidement la dimension politique de la nutrition n’a pas seulement un côté individuel, car elle concerne aussi le corps social : des soupes populaires à l’époque moderne aux actuelles cantines scolaires et restaurants d’entreprise, le gouvernement et la distribution des ressources alimentaires ont pris forme à l’intersection entre le politiques publiques et la globalisation des marchés des denrées alimentaires. Le genre apparaît central pour analyser cette relation complexe entre tensions normatives qui visent à régler la vie sociale et l’effet déstabilisant provoqué par la radicale transformation des rapports de pouvoir dans le marché global.

Ce numéro monographique se propose d’approfondir en particulier les thématiques suivantes :

• Alimentation, famille et rôles de genre, avec une attention particulière à la construction de la maternité, paternité et en général des rôles et des idéaux parentaux.

• Alimentation, discipline du corps et représentations de genre.

• L’État contemporain et le gouvernement des ressources alimentaires, particulièrement pendant les guerres, et les modèles de genre véhiculés par la construction du « welfare state ».

• Alimentation, identités culturelles, religieuses, nationales, avec une attention spécifique aux migrations et aux échanges commerciaux, de la première époque moderne à la période contemporaine.

• Alimentation, système médiatique et construction des rôles de genre: des livres de cuisine aux actuels « cooking shows ».

• Le gouvernement des ressources alimentaires et les inégalités de genre dans un contexte global, avec une attention particulière aux théories et aux mouvements éco-féministes qui mettent en discussion les modalités de production et distribution des ressources alimentaires.

Les propositions d’articles sont à envoyer pour le 30/04/2016 à ENRICA ASQUER (enrica.asquer.sis@gmail.com) et à PAOLO CAPUZZO (paolo.capuzzo@unibo.it) et devront comporter une présentation des sources et des thématiques envisagées de 3.000 signes maximum et un court CV de l’auteur/e avec une liste de publications. Après l’acceptation des propositions, les articles (max. 60.000 signes, espaces et notes compris) seront à remettre pour le 26/09/2016 et ils seront soumis à expertise interne et externe au comité de rédaction.
La publication du numéro est prévue à la fin du printemps 2017.

Les articles peuvent être présentés en italien, français, anglais, espagnol. Les auteurs doivent garantir une révision linguistique de leur texte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.