Appel à contributions : “Les corps impatients. enquêter sur les sexualités juvéniles transgressives (XVIIIe-XIXe siècles)”

Le colloque pluridiscplinaire « Les corps impatients. Enquêter sur les sexualités juvéniles transgressives (18e-21e siècle) », en interrogeant plus de trois siècles d’histoire, du 18e siècle – qui voit émerger les discours expertaux sur la sexualité – à nos jours, entend aider à la compréhension des évolutions importantes concernant d’une part, le regard porté sur la jeunesse et sa place en société, et d’autre part, les changements relatifs aux normes et pratiques sexuelles dont les jeunes sont souvent le moteur.

Une des originalités principales de ce colloque repose sur la prise en compte des perceptions, motivations et capacités d’action des jeunes, restées jusqu’ici dans l’ombre. Nous souhaitons avant tout confronter les normes socio-culturelles (médicales, légales, religieuses…) et les préconisations expertales relatives à la sexualité à leur réception par les jeunes eux-mêmes, en étudiant plus particulièrement les lieux de conflits, les prises de risques, les transgressions conscientes et plus ou moins assumées que révèlent leurs pratiques. Afin de cerner les points de rencontre et les tensions entre production de normes, pouvoirs de contraintes et expériences individuelles ou collectives, nous nous concentrerons sur les sexualités transgressives qui révèlent des stratégies d’appropriation et de redéfinition des normes édictées et/ou une tentative de subversion des rapports de pouvoir mis en jeu dans l’expérience de la sexualité. Il s’agit ainsi de redonner toute leur place aux marges d’actions des jeunes, objets de discours, et de considérer la sexualité comme un moyen d’expression, de contestation ou de revendication dans des espaces et des contextes sociohistoriques variés.

Ce colloque se propose de rassembler des chercheur-e-s spécialistes des questions de jeunesse, de sexualité, du corps et du genre dans une perspective pleinement pluridisciplinaire : géographie, sociologie, anthropologie, histoire, psychologie, littérature, mais encore arts plastiques et arts de la scène. Il s’agit de questionner des objets communs et d’élaborer conjointement des grilles d’analyses appliquées à différents terrains, afin de favoriser les approches intersectionnelles notamment.

Ce colloque sera l’occasion d’explorer les démarches méthodologiques qui permettent de saisir les sexualités juvéniles transgressives en restituant toute leur place aux jeunes en tant qu’acteurs de leur sexualité. Nous souhaitons donc souligner les difficultés des enquêtes sur ce thème et proposer des moyens de les dépasser. Chaque chercheur sera invité à exposer sa démarche d’enquête et ses sources (manuscrits, films, observations , littérature, rapports d’expertise…) ainsi que les questionnements qu’elles impliquent. Nous souhaiterions en particulier nous pencher sur quatre facteurs qui mettent à distance, voire invisibilisent la parole et les expériences des jeunes :

  • La prégnance des tabous, de l’autocensure ou de la pudeur qui, si les sources ne manquent pas ou si les acteurs demeurent accessibles, perturbent ou interdisent le récit de la sexualité ;
  • La multiplicité et la forte présence des discours normatifs et expertaux (religieux, médicaux, judiciaires…), lesquels relèvent d’un discours situé sur la sexualité des jeunes mais qui restent pour autant très peu réflexifs, donnant rarement à voir ou à comprendre les capacités d’action et les phénomènes d’appropriation ou de subversion de la part des jeunes.
  • La question de l’enquête elle-même et de ses apories : les possibles tris, censures et destructions de la parole des jeunes dans les archives ; la difficulté d’accès aux acteurs pour les observations de terrain ; le positionnement du chercheur-e par rapport aux personnes enquêtées (quelle posture, quelle reflexivité ?).
  • La difficulté des chercheurs à évoquer l’expérience juvénile de la sexualité, la tentation d’une autocensure, d’où un questionnement sur les formes nouvelles d’écriture scientifique, le recours au récit, ou l’usage de la performance artistique comme moyen de restitution.

Nous inviterons donc chaque intervenant-e à présenter sa façon de mobiliser son terrain, de faire parler ses sources et ses entretiens, pour en contourner les écueils ou angles morts, du travail d’interprétation à celui de la restitution des analyses : recours à la fiction, médiation par les arts (danse, théâtre, poésie, cinématographie), publication d’archives brutes, mises en « situation », création d’une scénographie (observer/revisiter les lieux et les espaces), détournement des archives…

Conditions de soumission

Les propositions seront à adresser au comité scientifique via l’adresse suivante : nahema.hanafi@univ-angers.fr

Les propositions de communications ne devront pas excéder une page et être accompagnées d’un titre et de l’affiliation des contributeur-rice-s. La proposition de communication donnera une idée précise de l’angle problématique adopté, des sources ou terrains présentés et de la démarche d’enquête.

Calendrier

Les propositions de communications seront à adresser au comité au plus tard le 10 mai 2016.

Les résultats de la sélection des propositions seront annoncés en juin 2016.

Date du colloque : 24 et 25 novembre

Langues du colloque : français, anglais

Comité scientifique

  • Chadia Arab (CR, ESO, Université d’Angers),
  • Emmanuel Gratton (MCF, LPPL, Université d’Angers),
  • Christophe Guibert (MCF, ESO, Université d’Angers),
  • Nahema Hanafi (MCF, CERHIO, Université d’Angers),
  • David Niget (MCF, CERHIO, Université d’Angers)

LIEUX

  • Université d’Angers – Maison de la recherche, Angers, France (49)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search