Genre et révolution / Gender and revolutions, Europe

En ce début d’année du cinquantenaire de 1968, nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de trois nouvelles notices « Genre et révolution en Europe aux XIXe-XXe siècles» sur le site de l’Encyclopédie EHNE :

Le genre dans les années 68 par Michelle ZANCARINI-FOURNEL
Dans le moment 68, les normes de genre sont profondément bouleversées. Le rôle des hommes et des femmes diffère dans le cours même du temps court des événements. Les masculinités sont modifiées par une part des jeunes gens qui s’affichent avec cheveux longs et jeans identiques à ceux des jeunes filles, même si les rôles sexués traditionnels perdurent dans les services d’ordre des manifestations et des groupes d’extrême gauche. L’égalité des salaires masculins et féminins est revendiquée dans des grèves dès 1966 à Herstal en Belgique, puis en 1968 dans l’usine Ford en banlieue londonienne, et dans des grèves en mai-juin 1968 en France. Un mouvement féministe inspiré par des Américaines se constitue dans nombre de pays européens avec le mot d’ordre « le privé est politique ». La lutte pour la contraception et l’avortement aboutit à de nouvelles lois et le divorce est obtenu avec parfois un décalage chronologique en Italie et en Suisse par exemple. Les sexualités mêmes sont progressivement transformées.
The recourse to violence for political reasons combines political engagement, political action, and penal transgression. In the case of women, these elements are accompanied by the transgression of gender norms during revolutionary outbreaks, whether or not they enjoy the same political rights as men. Bringing into tension penal and gendered norms, political violence enables the women who exercise it to assert themselves as political subjects. Revolutionaries, socialists, anarchists, communists or patriots, these women came up against the permanence of gender norms—regardless of the period or the causes that guided their political engagement—as well as the impact of the collective imagination which made the political violence of women into a genuine social enigma.
Women and barricades par Sylvie APRILE
A great many images and narratives surrounding barricades during the nineteenth century  present women carrying flags, treating the wounded, and more rarely bearing a rifle. While the figure of the young girl or the prostitute is often glorified or condemned, it was more often within the context of the family unit that women participated in combat. Barricades were consequently a mixed-gender place, as well as a place of fantasies, as demonstrated by the women’s barricade during the Commune in 1871. This ubiquitous presence receded during the twentieth and twenty-first centuries, even though there is evidence of women’s role from Petrograd to  Maidan, from Madrid and Budapest to Prague and Paris. This decline is also the result of transformations in urban guerilla warfare, and the pre-eminence of emblematic female representation in demonstrations. While the action of women in combat is no longer seen as an extreme excess of violence, it is nevertheless marked by the assignment of gendered roles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *