Nouvelle parution sur l’histoire du premier féminisme italien (1865-1925), par Liviana Gazzetta

Gazzetta_Orizzonti

 

Orizzonti nuovi. Storia del primo femminismo in Italia (1865-1925)

di Liviana Gazzetta

Viella 2018

 

 

Questo libro si propone come la prima sintesi complessiva di quell’insieme di  movimenti femminili che, nati all’indomani dell’Unità, fiorirono in età liberale, costituendo l’anima del primo femminismo italiano.

 

Il testo analizza le matrici culturali e politiche di questo movimento, i diversi orientamenti, le figure delle protagoniste più importanti (da Gualberta Beccari a Anna Maria Mozzoni, a Ersilia Majno..), le strutture organizzative,  mettendone in luce le forme di  mobilitazione, le rivendicazioni, il percorso difficile e tortuoso  nel campo dei diritti civili e politici, in uno Stato sordo alle istanze delle donne, caratterizzato da un codice civile tra i più  gerarchici in Europa quanto a strutture familiari e differenze di genere.

 

Il quadro che ne emerge evidenzia una realtà assai più composita e differenziata di quanto spesso descritto, caratterizzata da diversi orientamenti e correnti  che si accentuano allo snodo del secolo,  portando a cesure profonde proprio mentre sono in corso le prime vere campagne suffragiste e i primi tentativi di federazione nazionale.

 

 

 

Ce livre constitue la première histoire globale du mouvement féministe italien entre XIXème et XXème siècle.

Il analyse les matrices culturelles, les différentes orientations politiques, les figures les plus importantes, les organisations (avec leur relations internationales) et les formes de mobilisation pour les droits civils et politiques des femmes dans un Etat qui, né après le Risorgimento, avait adopté  un code civil bien hiérarchique par rapport à la famille et au genre.

Le tableau qui en sort montre toute la complexité du mouvement italien au-delà des analyses données jusqu’à présent: une complexité caracterisée par la pluralité des déclinaisons de l’émancipation féminine qui au début du XXème siècle conduirent à des fractures bruyantes et à une faiblesse croissante. Après la Grande Guerre le mouvement catholique féminin et le fascisme féminin allèrent occuper la place, alors que le gouvernement Mussolini forçait les groupes féministes à cesser leur activité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.