1914 : les femmes et le pacifisme vue par l’autrichienne Bertha Von Suttner

Dans sa « Dernière lettres aux femmes Allemandes » parue à titre posthume le 1er août 1914, la célèbre féministe autrichienne bouscule les stéréotypes de son temps qui déclarent les femmes pacifiques par nature : 

« Chères sœurs!

(…) Je vous salue et vous congratule, très chères combattantes.

Car c’est en tant que telles que vous allez devoir faire vos preuves : n’attendez pas à ce qu’on vous facilite la tâche pour faire valoir les idéaux pacifistes. Y compris parmi les femmes elles-mêmes, vous découvrirez mainte adversaire. Il n’est pas vrai, comme l’affirment un grand nombre de ceux qui ne voient dans le mouvement pacifiste qu’un sentimentalisme efféminé, que toutes les femmes sont par nature hostiles à la guerre. – Non, seules les femmes aux vues progressistes, seules celles qui se sont éduquées elles-mêmes à la pensée sociale, sont celles qui ont la force de se libérer du joug d’institutions millénaires et qui en même temps déploient leurs forces pour combattre celles-ci.

Les temps approchent où les femmes posséderont sièges et voix au conseil des peuples dans la direction des affaires politiques, et il leur sera donc possible, non seulement de protester contre ce en quoi elles voient des dommages infligés à la civilisation, mais aussi de participer activement à faire évoluer la situation.

Ce faisant, elles ne vont pas et ne doivent pas refouler leurs qualités spécifiquement féminines, que sont : la clémence, la pureté, la compassion, l’amour chaleureux du prochain, elles les mettront au contraire au service de l’aspiration à un degré supérieur de civilisation.

Non que ce soit le devoir et la vocation des femmes de faire advenir seules une culture sans guerre, mais leur contribution est indispensable à son avènement prochain. Actuellement, un grand nombre de forces masculines sont à l’œuvre pour repousser la guerre, pour mettre un terme à la course aux armements devenue insupportable pour réconcilier entre eux les peuples blessés et arracher le masque à ceux qui échauffent les esprits et qui ont des intérêts dans la production d’armes. (…) De nombreux ecclésiastiques de diverses confessions commencent eux aussi à s’associer dans un mouvement pour la paix, et voilà qu’arrivent les femmes. On peut se demander quelle tâche particulière leur revient ? En réalité, nous, les femmes, nous pouvons nous engager dans tous les domaines cités ci-dessus, dans la mesure de nos connaissances et de notre rayon d’influence. (…)

Mais il y a une chose encore que nous pouvons faire, une chose devant laquelle recule la plupart des hommes, de peur de passer pour faibles et sentimentaux : laissons parler nos cœurs. Au nom de l’amour, du plus sacré de tous les sentiments, qui est supposé être le domaine propre de la femme, au nom de la bonté, qui seulement rend l’homme « humain », au nom de l’idée de Dieu, vers qui s’élève notre crainte mêlée de respect, nous voulons combattre la guerre. Non pas parce qu’elle n’est plus une entreprise rentable et que c’est donc de la folie, mais parce qu’elle est cruelle et que c’est donc un crime (…). »

Lettre parue à titre posthume dans : Die Frauenbewegugng. Organ für die staatsbürgerliche Bildung der Frau [mensuel féministe, organe de presse du mouvement féministe bourgeois de tendance radicale], 1.8.1914/n°15, p. 114 sq.

Traduction : Anne-Laure Briatte.

Texte publié également en allemand dans L’Europe des femmes XVIIIe-XXIe siècles (dir. Julie Le Gac & F. Virgili), p. 94


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.