Femmes, diplomatie et relations internationales

Dans le cadre d’une semaine de conférences au Brésil, Laurence Badel est intervenue à l’Universidade de São Paulo en présence d’Eva Alterman Blay, professeure au département de  sociologie de l’USP, et également présidente d’USP Mulheres, sur le thème Femmes, diplomatie et relations internationales : une approche comparée, le 20 mars 2019.

Après avoir regardé le documentaire tourné par Ivana Diniz (Exteriores – mulheres brasileiras na diplomacia, de 2018), L. Badel  a également accordé un entretien au journal brésilien Nexo Jornal (12 avril 2019) sur la place des femmes européennes dans le milieu diplomatique et sur la scène internationale depuis un siècle. Elle constate que l’avancement des femmes diplomates au Brésil et dans les Etats européens est très comparable. En 1918, Maria José Rebello est devenue la première femme à rejoindre le ministère des Affaires étrangères. En France, c’était à la fin des années 1920, une décennie plus tard. Les femmes européennes commencé à travailler dans les ministères des Affaires étrangères, mais leur travail se limitait aux fonctions de secrétaire, de dactylographe ou de copiste. Il y avait une ségrégation extrêmement forte. En Angleterre avant la Première Guerre mondiale, elles rédigeaient dans une pièce séparée des hommes. Laurence Badel parle du poids des préjugés et des représentations, de l’inadaptation du protocole diplomatique, de l’intériorisation par les femmes des préjugés sexistes. Elle souligne que l’émergence des premières organisations internationales (Société des Nations, l’Organisation internationale du travail) a favorisé l’intégration des femmes dans la fonction publique internationale, mais qu’au niveau national, le mouvement a été extrêmement lent. Pendant cinquante, soixante ans ans, les femmes ont été concentrées dans des postes culturels, humanitaires et sociaux. C’est dans les années 1990 qu’elles accèdent à des fonctions économiques comme Christine Lagarde, qui dirige le FMI. En France, tout récemment, Helène Duchêne a été nommée représentante permanente du pays auprès de l’OTAN. Mais aucune n’a encore été nommée au poste de représentante permanente auprès des Nations unies à New York alors que le Brésil y a nommé sa première représentante en 2007. 

Link para matéria: https://www.nexojornal.com.br/entrevista/2019/04/12/As-mulheres-na-diplomacia-mundial-por-esta-pesquisadora

© 2019 | Todos os direitos deste material são reservados ao NEXO JORNAL LTDA., conforme a Lei nº 9.610/98. A sua publicação, redistribuição, transmissão e reescrita sem autorização prévia é proibida.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.