Les publications estivales de l’axe “Genre et Europe” de l’encyclopédie EHNE

Cet été peut-être avez-vous manqué les dernières publications de l’axe Genre et Europe de l’encyclopédie EHNE. Les voici résumées pour vous !

Et retrouvez près de 100 notices pour une histoire genrée de l’Europe sur https://ehne.fr/theme/genre-et-europe
 
  • La guerre est-elle émancipatrice pour les femmes ?, par Françoise Thébaud

https://ehne.fr/article/genre-et-europe/quand-la-guerre-trouble-le-genre/la-guerre-est-elle-emancipatrice-pour-les-femmes

Posée pour les conflits des XXe et XXIe siècles, la question, complexe, de l’émancipation des femmes par la guerre, appelle une réponse nuancée, entre un « oui, mais » et un « non, mais ». La guerre, qui nécessite la mobilisation des femmes au travail puis aussi au combat, trouble le genre et modifie certaines trajectoires individuelles mais elle est aussi synonyme de terribles épreuves. Elle n’est pas, ou rarement, la cause directe des mutations égalitaires comme l’acquisition par les Européennes de l’égalité civile et politique ou la féminisation des armées.

  • Lectrices et lecture féminine en Europe XIXe-XXIe siècles, par Isabelle Matamoros

https://ehne.fr/article/genre-et-europe/eduquer-des-europeens-et-des-europeennes/lectrices-et-lecture-feminine-en-europe

Dans l’Europe chrétienne, l’apprentissage de la lecture et l’accès aux livres ont longtemps été réservés à une petite élite en majorité masculine. Au début de l’époque contemporaine, avec le décollage de l’alphabétisation dans la plupart des pays européens, le lectorat se féminise. Outil de savoir, la lecture représente pour beaucoup de femmes un pas vers l’émancipation. Mais au XIXe siècle, les pratiques de lecture révèlent de nombreuses inégalités de genre : celles des femmes, dont il faut préserver la morale, sont particulièrement surveillées. Il faut attendre le tournant du XXe siècle, l’accès des femmes aux études supérieures et l’apparition d’une culture de masse pour que les mentalités évoluent. Aujourd’hui, le rapport au livre est complètement inversé : l’univers du livre est généralement considéré comme féminin et ce sont les femmes qui, en Europe, lisent le plus.

  • Les Femmes européennes dans les principales organisations internationales de femmes, par Francisca De Haan

https://ehne.fr/article/genre-et-europe/feminismes-et-mouvements-feministes-en-europe/les-femmes-europeennes-dans-les-principales-organisations-internationales-de-femmes

Les luttes des Européennes pour leurs droits et pour la justice sociale commencent au début du XIXe siècle et sont presque immédiatement transnationales. À partir des années 1860, le militantisme féministe international se structure de manière plus officielle. Les principales organisations internationales de femmes de la fin du XIXe siècle et du début XXe siècle ont un caractère bourgeois et sont dominées par des femmes d’origine européenne. À partir de 1907, les femmes socialistes ou socialistes féministes créent également des structures internationales pour renforcer les droits des femmes. Comme l’ont reconnu les Nations unies, les trois principales organisations internationales de femmes du monde post-45 (le Conseil international des femmes, l’Alliance internationale des femmes pour le droit de vote et l’égalité des citoyens, et la Fédération démocratique internationale des femmes nouvellement créée) ont apporté une contribution cruciale en faveur des droits et de la condition des femmes non seulement en Europe mais dans le monde.

  • Les pères fondateurs de l’Europe et la mère CECA, par Mauve Carbonell

https://ehne.fr/article/genre-et-europe/le-genre-de-la-citoyennete-en-europe/les-peres-fondateurs-de-leurope-et-la-mere-ceca

La Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), issue du traité de Paris signé le 14 avril 1951, est un monde d’hommes, des « pères fondateurs » à la mise en commun des industries lourdes dont la CECA a la charge (charbonnages et sidérurgie). Son image vertueuse, de mythe fondateur et de matrice de l’UE d’aujourd’hui – faiseuse de paix et de réconciliation européenne – est essentiellement masculine. Invisibles, les femmes travaillent dans l’ombre à la Haute Autorité de la CECA et dans les autres institutions qui se mettent en place dans les années 1950. Elles exercent surtout des activités de « bureau » (secrétaires, sténodactylographes, interprètes), rouages pourtant importants de l’administration communautaire naissante, à l’instar des interprètes, traits d’union entre des hommes ne parlant pas la même langue.
 

Following the phase of colonial conquest initiated by European countries during the nineteenth century, controlling prostitution became central to the concerns of authorities.  It took its place within gender, race, and class power relations, and more broadly represented an attempt to impose new sexual models on colonized women. This control was nevertheless limited in practice, as emphasized by the inability of empires to regulate the small details in the lives of colonized populations.

  • Domesticity in Europe, par Mareike König

https://ehne.fr/en/article/gender-and-europe/earning-living-europe-during-19th-and-20th-centuries-question-gender/domesticity-europe

During the nineteenth century, the rise of the bourgeoisie, the beginning of industrialization and growing urbanization led to increased demand for domestic workers in Europe, the majority of whom were women. For young women, domestic work was often a transitional form of employment before marriage, and was associated with local, regional, or transnational mobility. Since working conditions were often not regulated, domestic workers were highly dependent on their employers, and could easily find themselves in precarious conditions. The feminization of domestic staff reflected the increasingly widespread notion that domestic work and the dependence it led to, were specifically feminine. After a phase of decline, the number of domestic workers once again rose sharply in the late twentieth century. Migrant women in particular are employed as domestic help, reinforcing the dominant order between the sexes. Their primary reason for migrating is a desire for a higher standard of living.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.