Journées d’étude « Violences conjugales, masculinités, rapports de genre. Approches comparatives »

4 et 5 novembre 2019
Journées d’étude
« Violences conjugales, masculinités, rapports de genre. Approches comparatives »
MISHA – Maison interuniversitaire de sciences de l’Homme – Alsace
 
Entrée libre, inscription souhaitée : je2019violences@gmail.com
Pour toute question contacter Cristina Oddone : oddone@unistra.fr

 
Les journées d’étude du 4 et 5 novembre 2019 interrogent le rapport entre violences conjugales et masculinités, ainsi que ses conséquences sur l’ordre de genre. Elles convient chercheur.e.s et professionnel.le.s à se confronter à partir de recherches et d’expériences menées dans différents pays (France, Italie, Belgique, Québec).
 
Ces journées clôturent la recherche « Masculinités et violences domestiques dans les dispositifs de prise en charge civile et pénale des hommes agresseurs en France et en Italie », réalisée par Cristina Oddone dans le cadre d’un post-doctorat IDEX 2018.
 
Elles ont été possibles grâce au soutien de l’UMR CNRS 7367 Dynamiques Européennes (thématique « Corps et dynamiques conflictuelles en Europe ») de l’Université de Strasbourg, ainsi que du Planning Familial 67 et de l’association « Caffè Italia Off ».
 
Comité d’organisation : Cristina Oddone, Nicoletta Diasio, Vulca Fidolini, Jérémie Gauthier, Valérie Wolff.
 
Programme :
 
Lundi 4 novembre | MISHA, Salle de Conférence

9h30 Accueil

10h00 Introduction Isabelle Kraus Vice-Présidente déléguée égalité-parité, Université de Strasbourg Denis Roth-Fichet Directeur régional aux droits des femmes et à l’égalité femmes-hommes, Grand Est Pascal Hintermeyer Professeur de Sociologie, Directeur de l’Institut de Polémologie, Université de Strasbourg DYNAME (UMR 7367)

10h30 – 12h30 1. Violence, culture, masculinités
Présidence de session : Pascal Hintermeyer, Professeur de Sociologie, Directeur de l’Institut de Polémologie, Université de Strasbourg DYNAME (UMR 7367)
 
Pauline Delage 10h30 – 11h15 Sociologue, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-CSU Les violences dans le couple. Un problème disputé A partir de recherches menées essentiellement en France, États-Unis et en Suisse, cette communication reviendra sur certaines des conceptions des violences dans le couple et les luttes définitionnelles qui les sous-tendent. Ce faisant, il s’agira de souligner les manières dont le genre et la violence sont pensés et articulés dans des contextes professionnels, institutionnels et politiques variés.
 
Mathieu Trachman 11h15 – 12h00 Sociologue, Chargé de Recherche Classe Normale, INED La reprise des violences masculines. Réflexivité, conversion, répétition En France comme dans d’autres pays, l’évolution de la prise en charge des violences conjugales au cours des années 2000 a conduit progressivement les pouvoirs publics à s’intéresser non seulement aux victimes mais aux auteurs, et à considérer ceux-ci non seulement comme des criminels qu’il faut punir mais des hommes qu’il faut aider à ne pas récidiver. A partir d’une enquête auprès des auteurs de violences conjugales, cette intervention portera sur un geste, celui d’hommes qui reviennent sur ce qu’ils ont commis, qui sont d’une manière ou d’une autre obligés de le faire et qui tentent par là de changer : un geste de reprise de soi. Qu’est-ce que cela signifie pour des hommes de se rapporter à eux-mêmes comme à des auteurs de violences conjugales ? Comment ce geste est-il possible et quels sont ses effets ? Qu’est-ce que cela dit de la manière dont nous concevons les violences de genre ?
 
Discussion 12h00 – 12h30

*** Pause déjeuner ***
 
14h00 – 16h30 2. Violences conjugales : une histoire de « proximité » Présidence de session : Cristina Oddone, Post Doctorante IDEX, Université de Strasbourg DYNAME (UMR 7367)
 
Margot Giacinti 14h00 – 14h30 Doctorante en science politique, ENS de Lyon, TRIANGLE Quel mot pour le dire ? Identifier et nommer les crimes de féminicides en France (XIXème – XXème siècles) Borne extrême du continuum de violences faîtes aux femmes, le féminicide, le meurtre d’une femme parce qu’elle est une femme, a été identifié et conceptualisé tardivement (Radford et Russell, 1992). A partir d’une perspective historique, cette communication vise à interroger l’existence d’un tel crime à des époques ultérieures à l’avènement du concept, en France. Outre les enjeux épistémologiques qu’une telle catégorisation revêt, il s’agit de s’intéresser à l’identification, à la perception et au traitement des cas de meurtres de femmes aux XIXème et XXème siècles. Sont-ils perçus comme des meurtres différents, présentant des caractéristiques propres ? Sont-ils traités par les Cours d’Assises de la même manière que d’autres homicides ?

Laure Razon 14h30 – 15h00 Maître de Conférences HDR en psychopathologie clinique, Université de Strasbourg SULISOM (EA 3071), CMPP Violence conjugale : enjeux et impasses de la séparation La séparation et tout son cortège d’angoisses qu’elle engendre tant pour les victimes que pour les auteurs est l’un des aspect qui met souvent à mal le travail des professionnels qui oeuvrent par ce biais là à trouver une solution afin que la violence cesse. Nous proposons dans cet exposé de mettre en lumière les enjeux psychiques de cette impossible séparation inscrite dès l’enfance et se rejouant sur la scène conjugale puis lors des interventions tant sociales que juridiques. Il importe d’entendre les impasses psychiques des protagonistes de la scène violente afin de trouver des perspectives de soins axées sur l’élaboration psychique des angoisses qui les envahissent et mettent en échec le plus souvent toute tentative de se positionner autrement dans le rapport à l’autre.
 
Valérie Wolff 15h00 – 15h30 Maître de conférences associée en sociologie, Université de Strasbourg, École Supérieure Européenne de l’Intervention Sociale Le médecin face aux violences conjugales Les médecins sont parmi les professionnels en première ligne pour dépister les situations de violences conjugales. En France, dans les années 2000, le rapport ministériel du Pr Henrion marque une prise de conscience du monde de la santé dans la lutte contre la violence domestique. Comment les violences conjugales sont-elles devenues un problème de santé publique reconnu par l’OMS ? Quel est le rôle des professionnels de santé face aux situations de violences ? Et quelle est leur représentation de ces phénomènes ? La communication permettra de répondre à ces questions, en soulignant les écarts existants entre les représentations partagées par les rapports institutionnels d’une part, et par les médecins généralistes et urgentistes, d’autre part. Nous verrons notamment combien l’idée de la violence de genre et l’image de la « monstruosité » de l’auteur diffère selon les points de vue étudiés.
 
Anna Matteoli et Solenne Jouanneau 15h30 – 16h00 Chercheuse associée au Centre de droit privé fondamentale, Université de Strasbourg, Directrice adjointe CIDFF67 Sociologue et maîtresse de conférence en science politique, IEP de Strasbourg, SAGE UMR 7363 Les violences au prisme de la justice familiale L’ordonnance de protection est une procédure civile dotée d’implications pénales. Elle permet aux juges aux affaires familiales de prendre en urgence des mesures permettant de faire cesser les violences au sein du couple. La communication se propose de revenir sur les logiques d’élaboration e d’appropriation de ses critères d’appropriation, dans une approche juridique et sociologique.
 
Discussion 16h00 – 16h30
 
*** Pause café ***
 
17h00 – 18h30 3. Projection du film « S’agit-il d’amour » et débat avec la réalisatrice Introduction de Monica Dotti et Paolo De Pascalis Coordinatrice et assistante sociale ; psychologue et psychothérapeute. LDV Modène, Italie La prise en charge des auteurs de violence dans le système sanitaire publique Elisabetta Lodoli, réalisatrice « S’agit-il d’amour? » (53 min VOSTFR)
La violence contre les femmes dans les relations amoureuses : dans « S’agit-il d’amour ? » trois hommes sur la route du changement en parlent. Ils ont eu des comportements violents avec leur femme ou leur compagne, mais ils ont eu peur de leur propre violence, entre autres car les femmes qui l’ont subie s’attendaient à un changement de leur part. Paolo, Luca et Giorgio sont trois hommes « normaux » : ce sont trois vies différentes, que ce soit pour leur âge, leur lieu d’origine ou leur caractère, mais liées par une problématique commune, et qui se sont croisées dans un lieu : le centre LDV – Libérons-nous de la Violence, à Modène, en Italie.
Bande-annonce (VOSTFR) : https://vimeo.com/346337342
Débat animé par l’association Vidéo Les Beaux Jours

*** Apéritif dînatoire ***
 
Mardi 5 novembre | MISHA, Salle de Conférence

9h00 – 10h30 4. Les programmes de prise en charge des auteurs de violence en Europe Présidence de session : Valérie Wolff, Maître de conférences associée en sociologie, Université de Strasbourg, École Supérieure Européenne de l’Intervention Sociale
 
Christina Olsen 9h00 – 9h30 Administratrice, GREVIO Division Violence à l’égard des femmes, Conseil de l’Europe La Convention d’Istanbul, article 16 Parmi les actions de prévention prévues par la Convention d’Istanbul, l’article 16 « Programmes préventifs d’intervention et de traitement » oblige les Etats à « établir ou soutenir des programmes visant à apprendre aux auteurs de violence domestique à adopter un comportement non violent dans les relations interpersonnelles, en vue de prévenir de nouvelles violences et de changer les schémas comportementaux violents ». Depuis 2016 le GREVIO évalue l’application de la Convention dans les Etats parties, y compris la mise en place des programmes pour auteurs de violence conjugale, selon les normes minimales élaborées par le Conseil de l’Europe. A partir des rapports du GREVIO publiés jusqu’à aujourd’hui, cette intervention permettra de présenter un panorama général de l’application de l’article 16 dans les pays qui ont déjà fait l’objet de la procédure d’évaluation.
 
Alessandra Pauncz 9h30 – 10h00 Directrice Exécutive, Work With Perpetrators European Network (WWP EN) L’importance des standards européens pour la prise en charge des auteurs de violence conjugale La prise en charge des auteurs de violence conjugale est un aspect important de la réponse collective à la violence des hommes envers les femmes, mais elle doit être appuyée par une réflexion suivie sur les pratiques de responsabilisation. Si ces programmes de traitement des agresseurs ne sont pas axés sur des démarches sécuritaires qui donnent la priorité à la sécurité des femmes et des enfants, il y a un risque élevé de pratiques iatrogènes. Dans cette communication, une brève vue d’ensemble des lignes directrices élaborées pas le WWP EN sera présentée et discutée.
 
Discussion 10h00 – 10h30
 
*** Pause café ***
 
11h00 – 12h30 5. Ateliers de travail sur la prise en charge des auteurs de violence
1) Coopération entre services et rapport aux victimes | Salle de Conférence 2) Approches, motivation et durée | Salle Asie 3) Justice et/ou traitements thérapeutiques ? | Salle Océanie
 
*** Pause déjeuner ***
 
14h00 – 14h30 Restitution des ateliers en séance plénière et discussion

14h30 – 16h00 6. Quels effets des dispositifs sur le rapport à la violence et au genre ? Présidence de session : Jérémie Gauthier, Maître de conférences en sociologie, Université de Strasbourg DYNAME (UMR 7367), chercheur associé Centre Marc Bloch, Berlin
 
Charlotte Vanneste 14h30 – 15h00 Maître de recherches à l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie, Belgique Quelle place pour les programmes à l’égard des auteurs de violences conjugales dans les pratiques judicaires belges et quels effets en terme de récidive ? Dans le cadre d’un plan d’action national initié en Belgique en 2001, de nouvelles directives de politique criminelle ont vu le jour en 2006, poursuivant une perspective de tolérance zéro. Dix ans plus tard, la recherche a mis en évidence l’écart important entre la rhétorique et la pratique, ainsi que l’efficacité très relative en termes de récidive. Cette communication visera plus spécifiquement la place occupée par un programme « alternatif » développé en Belgique francophone à destination des auteurs, de même que ses effets sur la récidive, comparés à ceux des interventions répressives classiques.
 
Cristina Oddone 15h00 – 15h30 Sociologue, Post doctorante IDEX, Université de Strasbourg DYNAME (UMR 7367) Donner du sens à la violence : les narrations des auteurs de violence en France et en Italie A partir d’une enquête sociologique menée à travers des méthodes qualitatives et participatives dans les deux pays, la communication vise à analyser les narrations des auteurs de violences et les effets produits par différents systèmes de prise en charge (sous contrainte judiciaire en France ou volontaire en Italie). En mettant en valeur les mécanismes de résistance des auteurs de violences ainsi que les efforts orientés à modifier leurs comportements, j’examinerai les stratégies de renégociation de la masculinité et les mutations de leurs représentations en tant que « hommes », « maris », « pères ». Des extraits de vidéos réalisées en France dans le cadre des programmes de prise en charge seront projetés.
 
Discussion 15h30 – 16h00
 
*** Pause café ***
 
16h00 – 17h15 7. Conférence de clôture Présidence de session : Nicoletta Diasio, Professeure de Sociologie, Université de Strasbourg DYNAME (UMR 7367)
 
Melissa Blais 16h00 – 16h45 Professeure associée à l’Institut de recherches et d’études féministes, Université du Québec à Montréal, Canada Post-doctorante à l’Université de Genève, Suisse et à l’Institut nationale de la recherche scientifique de Montréal Lorsque le soutien aux hommes violents fait l’impasse à leur responsabilisation : le cas du masculinisme Dans le cadre d’une enquête s’intéressant aux effets du masculinisme sur les milieux féministes oeuvrant contre les violences faites aux femmes au Québec, de nombreuses féministes ont témoigné de leur inquiétude face au travail des antiféministes/masculinistes dans les organisations qui visent la « réhabilitation » des hommes violents. Non seulement le type d’approche privilégié par les intervenants masculinistes nuit au soutien des femmes victimes de violences masculines, mais aussi à leur sécurité. Cette communication sera l’occasion d’analyser les effets du masculinisme sur le travail d’intervention des féministes interrogées ainsi que sur les femmes qu’elles soutiennent. Enfin, il sera finalement question des effets sur les hommes violents qui, dans certains cas, en viendraient à s’inspirer du discours masculiniste dans l’exercice de leur violence.
 
Discussion 16h45 – 17h15


Citer ce billet
Elodie Serna (2019, 23 septembre). Journées d’étude « Violences conjugales, masculinités, rapports de genre. Approches comparatives ». Genre et Europe. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ozqh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search