Genre et énergies dans l’espace domestique XIXe-XXIe siècles 

Le Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie (CHEE) participe à l’organisation d’un colloque Genre et énergies, les 22 et 23 juin à Paris.
 
Les propositions (résumé de 500 mots maximum et CV) sont à envoyer au CHEE à l’adresse :
 
 

Proposition colloque 22 et 23 juin 2020  – Paris

 FOYERS

Genre et énergies dans l’espace domestique XIXe-XXIe siècles 

(bois, charbon, électricité, gaz, pétrole) 

Enjeux de société, enjeux économiques, enjeux de médiations

 

Les différentes sources d’énergie (bois, charbon, essence et pétrole, gaz, électricité) ont modifié les modes de vie dans l’espace domestique, de manière accélérée à partir du XIXe siècle. Les marchés que recouvraient les nouveaux usages des énergies se sont amplifiés avec l’essor d’équipements ménagers multiples. Les conditions de vie se sont transformées par la promotion du confort, la réduction des pénibilités domestiques, la simplification des tâches. La cuisson, le chauffage, la réfrigération, l’eau chaude, les travaux ménagers, séparément ou ensemble, ont été mis en avant comme des moyens de bien être dans le foyer. Leur promotion a ainsi porté la simplification des pratiques quotidiennes les plus élémentaires, de la toilette à la cuisine, de l’éclairage au nettoyage. Elles ont également transformé les activités à l’extérieur du foyer et modifié les sociabilités qui leur étaient associées. Elles ont engendré le déclin des lavoirs collectifs, la réduction de l’approvisionnement en eau ou en bois, souvent assimilé à des corvées domestiques. Ces évolutions ont déjà fait l’objet de nombreux travaux historiques ou sociologiques. L’objet de ce colloque n’est donc pas de refaire cette histoire, mais de l’explorer sous des angles neufs par une dimension comparative.

 

L’émergence de nouveaux moyens de communication, de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle (affiches, images publicitaires, conférences radiophoniques, émissions télévisées, réclames audiovisuelles, sites web et réseaux sociaux sur internet) est l’un des canaux privilégiés de la diffusion des nouveaux usages énergétiques. Les moyens de communication ont notamment assuré le relais de discours commerciaux et de sollicitations des consommatrices et des consommateurs après que ces discours aient été pensés et mis en forme par différents acteurs. Ils ont suscité les concurrences entre énergies (charbon, coke, gaz, électricité, pétrole) pour vanter les atouts de chacune et de multiples types d’appareils. Si d’autres moyens ont été mobilisés pour développer l’équipement des espaces domestiques et par voie de conséquence les consommations d’énergie nécessaires (tarification et prix de vente, offres de service ou d’équipement, démonstration des utilisations, magasins d’exposition et de vente par exemple), le relais vers les consommatrices et les consommateurs est venu d’une analyse des marchés et des besoins comme d’une construction de ces marchés par la communication publicitaire. D’autres voies y contribuaient aussi par l’intervention des hygiénistes, des associations de consommatrices, des mouvements revendicatifs. La place des quincaillers dans les petites villes et la diffusion de catalogues jusque dans les aires rurales ont également joué un rôle important dans cette diffusion.

 

Les compagnies gazières et électriques mais également toutes les entreprises des autres sources d’énergie (pétrole, bois, charbon) ont immédiatement profité des nouvelles opportunités de s’adresser aux clients. Les entreprises de réseaux ont été plus visibles parce que commanditaires régulières d’affiches et de réclames pour vanter les atouts de leur énergie car elles bénéficiaient de l’effet de marché lié aux réseaux locaux puis régionaux ou nationaux. Mais toutes les énergies sont à prendre en compte. Les cibles publicitaires choisies, les slogans utilisés et les mises en scène graphiques ont-ils contribué de manière importante à présenter une segmentation très caractérisée des rôles féminins et masculins dans l’espace domestique ? Les stratégies commerciales ont suivi l’apparition des objectifs de rationalisation ménagère, nés à la fin du XIXe siècle et amplifiés durant l’entre-deux-guerres. Elles ont soutenu la tendance qui s’est accentuée après la Seconde Guerre mondiale de transformation de l’environnement domestique et de consommation de masse. Il serait important de mesurer quel a été l’effet des politiques menées par ces compagnies, dans le choix des publics cibles, celui des slogans et des imaginaires graphiques mobilisés sur des rôles féminins et masculins dans l’espace domestique.

 

Ces médiations publicitaires ont été accompagnées par des dispositifs pédagogiques des usages (émissions de radio, conférences, ateliers de démonstration des usages, emploi de conseillères ménagères, organisation de concours, développement d’une presse dédiée, émissions télévisées…). L’éducation qui en a découlé dès la fin du XIXe siècle, largement appuyée sur les initiatives des Home Economics nées aux Etats-Unis dans l’orbite de Cornell University ou dans le mouvement d’aménagement architectural de l’espace domestique (on connait parfaitement les rôles de Christine Frederick et Paulette Bernège à partir des années 1920, mais il faut élargir, par exemple au cas de Margaret Schütte-Lihotsky et sa cuisine de Francfort ou d’Erne Meyer et sa cuisine de Stuttgart) a contribué à la formation dès l’enfance, de partage (ou pas) des tâches et de manières de vivre. L’émergence d’associations féminines proposant leur avis sur l’utilisation des appareils, au besoin pour en guider la fabrication ou pour en contester l’usage, contribue à l’analyse de l’interaction entre réception du message et appropriation des techniques.

 

Le premier objectif de ce colloque est de saisir dans les limites de l’espace domestique, le discours et les formes de marketing des entreprises commercialisant une source d’énergie. Monter le charbon de la cave, utiliser la cuisinière à gaz, montrer son réfrigérateur, couper le bois destiné à la cheminée, déclamer les avantages de l’eau chaude sont autant de situations qui mettent en scène la mère, le père, les enfants, la jeune femme, la ménagère, le cuisinier, le livreur de charbon… Quelles formes de réception des messages ? Quelles contestations des usages ? Quelles évolutions imposées aux entreprises par l’acceptation ou le refus d’innovation des consommatrices et des consommateurs ?

 

D’un pays à l’autre, ces pratiques ont mis en évidence des similitudes, liées à la stratégie commerciale parfois internationale des compagnies d’énergie ou à la modélisation de supports de communication qui se sont diffusés par transmission transnationale. Mais des cultures différentes, des slogans contextualisés originaux ont pu tout autant créer des choix distincts. Le second objet du colloque réside dans cette approche. Comparer les discours, les types de publicités, les thèmes privilégiés par les compagnies dans chaque pays, les pratiques éducatives et pédagogiques des arts ménagers, les attitudes des femmes et des hommes au sein de l’espace domestique, devrait apporter un éclairage sur l’existence de formes nationales de communication. Celles-ci seront à analyser autant sur la description des énergies elles-mêmes, sur les formes de compétition entre énergies dans des contextes économiques et énergétiques assez différents selon les pays considérés en Europe, que sur les usages privilégiés de chaque énergie.

 

Enfin, si des sources issues des entreprises énergétiques le permettent, une troisième approche pourrait porter sur les dépenses et les investissements consacrés à ces stratégies commerciales. Le rôle du développement du crédit dans les équipements ménagers est connu. Il a d’ailleurs été inégal selon les pays et selon des chronologies variables. En revanche, on connaît moins les budgets consacrés par les entreprises pour créer des cibles marchandes et ajuster leurs stratégies en fonction des usages. De même faudrait-il s’intéresser à l’approche budgétaire, à croiser avec la capacité juridique, pour savoir qui paye l’énergie dans le foyer et en fait le choix, qui achète les nouveaux équipements indispensables à leurs usages ? Quelle médiation se fait au sein des couples sur ces choix de vie et de budget ?

 

Ce sont ces similitudes, ces différences, que ce colloque veut explorer dans la diffusion de cultures matérielles liées aux énergies et directement impliquées dans la définition de rôles genrés.

 

Le colloque s’inscrit dans la démarche de publication d’un dossier spécial dans Journal of Energy / History Revue d’histoire de l’énergie, au printemps 2021. Le français, l’espagnol, l’italien et l’anglais seront les quatre langues de travail, le français et l’anglais les langues de publication.

 

Les ouvrages ci-dessous, qui ne constituent évidemment pas une bibliographie exhaustive, sont assez proches de la conception initiale du colloque.

 

-M. ACKERMANN, Cool Comfort: America’s Romance with Air-Conditioning, Smithsonian Books, 2013

-C. BEAUMONT, Housewives and citizens, Oxford University Press, 2015

-P. BREWER, From Fireplace to Cookstove : technology and the Domestic Ideal in America, Syracuse UP, 2000

-K. CAIRNS, J. JOHNSTON, Food and feminity, Bloomsbury, 2015

-N.CHARLES, M.KERR, Women, Foods and Families, Manchester, MUP, 1998

-A. CLENDINNING, Demons of Domesticity : Women and the English Gas Industry 1889-1939, Routledge, 2017

-J. FREEMAN, The Making of the Modern Kitchen, Bloomsbury, 2004

-G. GOODAY, Domesticating electricity : Technology, Uncertainty and Gender, 1880-1914, London, Pickering & Chatto, 2008

-V. De GRAZIA, E. FURLOUGH, The Sex of Things, Berkeley, California Press, 1996

-H.SHIN, « Energy/Culture: a reading guide for historical literature », Science Museum Group Journal, Spring 2018, issue 9 

-K.J. PARKIN, Food is love: Advertising and Gender Roles in Modern America, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006

-J.SCANLON (Ed.), The Gender and Consumer Culture Reader , New York, New York University Press, 2000

-R. SCHWARTZ-COWAN, More Work for Mother: The Ironies of Household Technology from the Open Hearth to the Microwave, New York, Basic Books, 1983

-E. B. SILVA, Technology, Cuture, Family: Influences on Home Life, Londres, Palgrave Mac Milan 2010

-J.L.M.DA SIVA, Cozinhamodelo: o impacto do gas e de electricidade na casa, Sao Paulo, 2008

-J.TUROW, M. P. ALISTER (Eds.), The Advertising and Consumer Culture Reader, New York, 2009

 

Comité scientifique

 

Alain BELTRAN (CNRS, UMR SIRICE, France)

Ana CARDOSO DE MATOS (Université d’Evora, Portugal)

Sandra HOLGADO (EDF Archives, Paris, France)

Léonard LABORIE (CNRS, UMR SIRICE, France)

Charles-François MATHIS (Université Bordeaux Montaigne, France)

Ruth MORGAN (Monash University, Australie)

Giovanni PAOLONI (Université La Sapienza, Rome, Italie)

Fabrice VIRGILI (CNRS, UMR SIRICE, France)

Jean-Pierre WILLIOT (Sorbonne Université, UMR SIRICE, France)

Rebecca WRIGHT (Northumbria University, Newcastle, Royaume-Uni)

 

Comité d’organisation

 

Ana CARDOSO DE MATOS (Université d’Evora, Portugal)

Léonard LABORIE (CNRS, UMR SIRICE, France)

Charles-François MATHIS (Université Bordeaux Montaigne, France)

Renan VIGUIE (Université Bordeaux Montaigne, France)

Fabrice VIRGILI (CNRS, UMR SIRICE, France)

Jean-Pierre WILLIOT (Sorbonne Université, UMR SIRICE, France)

 

 

Colloque organisé par l’UMR SIRICE, Labex EHNE, Comité d’Histoire de l’électricité et de l’énergie, CIDEHUS Université d’Evora

 

Les propositions de communication sont à adresser au Comité d’Histoire de l’électricité et de l’énergie (comite.histoire.electricite@gmail.com) avec un résumé de 500 mots maximum et un CV avant le 30 octobre 2019

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search