De nouvelles notices dans l’encyclopédie EHNE

Ces derniers jours, l’axe Genre&Europe de l’encyclopédie EHNE s’est enrichi d’une dizaine de nouvelles notices, en français et en anglais. Découvrez-les et n’hésitez pas à les faire connaître !

 

Les violences sexuelles en temps de guerre, par Fabrice Virgili

À partir du xviie siècle, les violences sexuelles sont interdites par les codes militaires et les lois dans tous les États européens. Pourtant, malgré cette interdiction, leur ampleur observée lors de nombreux conflits ne peut être expliquée par la seule désobéissance de quelques criminels sexuels en uniforme. La violence sexuelle apparaît dès les guerres révolutionnaires et napoléoniennes comme un moyen de terroriser les populations hostiles. Au cours du xixe siècle, bien que limité par la modernisation des armées nationales, son usage est très répandu lors des conquêtes coloniales. Sa dénonciation devient un moyen récurrent d’attester de la sauvagerie de l’adversaire jusqu’à la Première Guerre mondiale. Dans la première moitié du xxe siècle, l’implication croissante des civils dans les conflits accentue l’usage des violences sexuelles tout comme leurs dénonciations, y compris comme un instrument de génocide. Après 1945, elles disparaissent avec les guerres du continent mais nullement des conflits menés au-delà des mers, avant de réapparaître sous une forme planifiée lors des guerres de l’ex-Yougoslavie.

https://ehne.fr/article/genre-et-europe/quand-la-guerre-trouble-le-genre/les-violences-sexuelles-en-temps-de-guerre

 

Le genre dans la littérature pour enfants en Europe, par Sophie Heywood

L’idée que les filles et les garçons devraient lire des livres différents est une caractéristique majeure du développement de l’édition pour enfants en Europe à partir du xviiisiècle. Au milieu du xixe siècle, on assiste à l’émergence d’une démarcation stricte entre les genres, tant sous l’influence des éditeurs qui cherchent à segmenter un marché en expansion qu’en réponse à l’émergence d’un ordre moral bourgeois qui pousse à la différenciation de l’éducation et des lectures selon le genre. Cependant on trouve de nombreux exemples d’enfants qui résistent à ces restrictions. Écrire pour les enfants devient une source importante de revenus pour les femmes ainsi qu’un débouché pour la créativité féminine, et ce sont parmi les femmes que l’on compte les auteurs les plus célèbres de la tradition européenne. Au xxe siècle, le féminisme a un impact considérable sur les publications de livres pour enfants et sur leur réception critique. La collaboration franco-italienne « dalla parte delle bambine »/« du côté des petites filles » lance la tradition de livres militants féministes en Europe dans les années 1970. Au xxie siècle, l’activisme sur internet fait prendre davantage conscience de l’importance de la diversité dans les livres pour enfants, mais la différenciation genrée des rôles demeure profondément ancrée.

https://ehne.fr/article/genre-et-europe/eduquer-des-europeens-et-des-europeennes/le-genre-dans-la-litterature-pour-enfants-en-europe-xixe-xxie-siecles

 

Les États-providence européens et la question du genre, par Nadine Lefaucheur

La mise en place, depuis la fin du xixe siècle, de systèmes de protection sociale en Europe s’est effectuée dans le contexte d’une différenciation des rôles masculins et féminins dans la famille. Les droits accordés aux femmes sont ainsi souvent des droits dérivés de l’activité du mari et non des droits propres. Mais les États-providence ont aussi ouvert aux femmes des opportunités d’emploi, accroissant leurs possibilités de subvenir à leurs besoins sans l’aide d’un conjoint.

Ces systèmes varient largement selon les pays et, dans le cadre de l’Union européenne, restent de la compétence des États membres. On peut distinguer néanmoins des systèmes « bismarckiens », financés par des cotisations et gérés par les partenaires sociaux, et des systèmes « beveridgiens », financés par l’impôt et gérés par l’État. On les distingue aussi selon le degré d’autonomie qu’ils offrent aux salariés par rapport au marché du travail, et aux femmes par rapport aux structures familiales.

 
 

Genre et bouleversements du judaïsme européen, par Béatrice de Gasquet

En deux siècles, la place des juives et juifs dans les sociétés européennes connaît de profonds bouleversements. L’égalité progressive des droits avec les non-juifs, les processus de sécularisation et d’assimilation, l’antisémitisme, mais aussi les réformes internes au judaïsme, affectent différemment femmes et hommes et transforment les représentations juives de la féminité et de la masculinité. La nouvelle valorisation des femmes comme « gardiennes de la tradition » représente au xixe siècle un changement qui permet paradoxalement leur accès à de nouveaux rôles comme éducatrices, dirigeantes d’organisations juives, et parfois officiantes. La révolution majeure est leur accès à l’éducation séculière, particulièrement précoce, puis religieuse. Après la Shoah, la réorganisation profonde des structures collectives juives débouche sur une polarisation religieuse renouvelée opposant « orthodoxes », souvent majoritaires, et « libéraux » sur la participation des femmes à la synagogue et à l’étude des textes religieux.

 
 

Libération sexuelle et révolutions sexuelles, par Alain Giami

À partir du début des années 1960, dans différents pays du Nord, sous l’effet de transformations culturelles, de découvertes scientifiques et médicales et grâce à la politisation de la question sexuelle, la vie sexuelle se dégage des carcans du mariage et de la reproduction. La floraison de mouvements de libération sexuelle, héritiers de la réforme sexuelle de l’entre-deux-guerres et issus plus directement des luttes de 1968, participe de la conquête des possibilités d’une nouvelle vie sexuelle érotique. Au fil des années, la dénonciation de la répression sexuelle laisse progressivement place à des revendications quant à la reconnaissance de la diversité des pratiques et identités sexuelles. Les mouvements féministes et homosexuels portent une grande part de ces luttes et permettent notamment de faire avancer ces questions sur le plan juridique. C’est l’ensemble de ces mouvements culturels, sociaux, politiques et scientifiques qui a constitué la révolution sexuelle.

https://ehne.fr/article/genre-et-europe/de-la-transition-demographique-aux-revolutions-sexuelles/liberation-sexuelle-et-revolutions-sexuelles

 
En ligne également, en anglais : 
 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.