AAC « Socialisations sexuelles », 1er et 2 avril 2021

Appel à contributions

« Socialisations sexuelles »

Journées d’étude organisées par le RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité » et le RT 50 « Socialisations » de l’Association Française de Sociologie

Avec le soutien de l’AFS, du Cessp, du Cren, de l’Ined et de l’Irisso

1er et 2 avril 2021, Institut national d’études démographiques (Ined),

Campus Condorcet, Aubervilliers

 

Parler de socialisation sexuelle n’a rien d’une évidence au sein de la sociologie française. Si l’expression a pu être utilisée par le passé en référence à « la socialisation sexuée » (Passeron et De Singly, 1984), elle a depuis fait l’objet d’usages variés et polysémiques, sans pour autant devenir un concept établi. La notion renvoie chez certain·e·s auteur·e·s aux discussions sur la sexualité et la socialisation par les pair·e·s. D’autres désignent par « socialisation sexuelle » l’influence présumée négative sur la sexualité de la pornographie ou de la religion, faisant des individus des êtres passifs soumis à une socialisation sexuelle extérieure dangereuse qui s’imposerait à eux sans qu’elle ne soit traduite ou réappropriée. La socialisation sexuelle, connotée péjorativement, s’inscrit alors dans une forme de panique morale (Bozon, 2012). Certains travaux encore parlent de socialisation sexuelle pour désigner la « socialisation à la sexualité », mais sans en faire le cœur de leur objet d’étude. Dans le champ des études sur la sexualité, les mots ne sont pas les mêmes. Généralement très marqués par le prisme foucaldien, ces travaux ont pendant longtemps parlé de contrôle, de subjectivation, de gouvernement (et de discipline dans une moindre mesure) de la sexualité pour désigner le rôle des institutions et leurs effets socialisateurs sur les individus. Du constat du traitement marginal, dispersé et polysémique en sociologie de la socialisation sexuelle est né le projet de ces deux journées.

L’objectif de ces journées est de faire dialoguer sociologie de la sexualité et sociologie de la socialisation. Les travaux croisant ces deux perspectives ne sont certes pas inexistants. Depuis une trentaine d’années, un certain nombre de recherches ont notamment été réalisées sur l’éducation sexuelle, que celle-ci prenne place au sein de la famille (Amsellem-Mainguy, 2006 ; Blanchard et al., 2010 ; Mardon, 2009 ; Martin & Luke, 2010), à l’école (De Luca Barrusse, 2010 ; Gelly, 2013 ; Le Mat, 2014) ou dans des structures destinées à des adultes (Van Den Berg & Duyvendak, 2013). Différents travaux ont également étudié la diffusion des connaissances et des normes relatives à la sexualité par les médias (Legouge, 2010), les groupes de jeunes (Dafflon, 2015 ; Fine, 1997 ; Renold, 2005) ou le corps médical (Guyard, 2010). Quelques-uns, enfin, ont analysé la construction des identités sexuelles, principalement gays et lesbiennes (par exemple, Chetcuti, 2010), ou encore les liens entre socialisations professionnelles et/ou sportives, et socialisations, pratiques et identités homosexuelles (Mennesson & Clément, 2000 ; Sablik & Mennesson, 2008 ; Sorignet, 2004). Toutefois, les recherches associant étroitement sociologie de la sexualité et sociologie de la socialisation, pour explorer en détail comment la sexualité « s’apprend » tout au long de la vie, mais aussi pour intégrer pleinement la sexualité dans l’analyse des socialisations plus générales des individus, restent relativement peu nombreuses. Des pans entiers de cette question sont encore à investiguer, et ces journées d’étude entendent contribuer à ce travail.

 

Faire dialoguer ces deux champs de la sociologie revêt des enjeux importants : dénaturaliser la sexualité et mettre au jour ses déterminants sociaux. En matière de sexualité, les représentations naturalisantes, nourries par la psychologie évolutionniste et la psychanalyse, sont légion : les hommes auraient « par nature » des besoins sexuels plus importants que les femmes ; l’hétérosexualité serait « plus naturelle » que l’homosexualité, car « résultat » de l’évolution des espèces. Plus encore, il s’agira au fil de ces journées de montrer comment et combien, les pratiques, mais aussi les représentations de la sexualité sont socialement déterminées. Contre l’idée que la sexualité constituerait une « île enchantée » (Bourdieu, 1998), c’est-à-dire un espace de liberté individuelle échappant aux rapports de domination, travailler sur la socialisation sexuelle permettra de mettre au jour les contraintes sociales qui orientent ce domaine de pratiques et les rapports sociaux qui la traversent.

Calendrier et informations pratiques

Cet événement scientifique se tiendra les 1er et 2 avril 2021 à l’Institut national d’études démographiques (Ined), Campus Condorcet à Aubervilliers.

Les propositions de communication sont à envoyer au plus tard le 20 novembre 2020 aux adresses suivantes : marie.bergstrom@ined.frbrasseurph@gmail.commartine.court@uca.frgwenaelle.mainsant@gmail.comcamille.masclet@cnrs.frmelanie.perez.pro@hotmail.fr

D’une taille maximale de 2 500 signes (espaces compris), elles devront comporter le titre de la communication, le statut et l’institution de rattachement de la / du communicant.e, une adresse email ainsi qu’un résumé exposant la question traitée. La décision du comité d’organisation sera communiquée aux auteur·rice·s le 11 décembre 2020. Afin de préparer au mieux les sessions et discussions, un texte devra être envoyé avant le 15 mars 2021.

Les journées d’étude se tiendront en présentiel, sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire. Le financement du transport et/ou de l’hébergement pourra être envisagé pour les chercheur·e·s non-financé.e.s dans les limites du budget des journées d’étude.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search