Séminaire « Genre, personne, interlocution », EHESS

Séminaire Genre, personne, interlocution,  l’approche relationnelle : le cas de l’Assistance médicale à la procréation

Séminaire animé par
– Irène Théry, directrice d’études à l’EHESS
– Laurence Brunet, chercheur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris-I)
– Martine Gross, ingénieure de recherche au CNRS
– Jennifer Merchant, professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris-II)

2e et 4e mardis du mois de 13 h à 17 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 12 novembre 2013 au 10 juin 2014.

À noter : ce séminaire de 4 h bimensuel est divisé en deux séquences de 2 h qui peuvent être suivies indépendamment (chacune étant validée comme un semestre).

a)  de 13h à 15h  séquence I : « Théorie relationnelle du genre » animée par Irène Théry. Elle sera consacrée cette année au thème :
De la question des sexualités à la question des sexes : 
une analyse relationnelle des enjeux juridiques de l’homoparentalité
Revenant sur quinze ans de controverses sur l’homoparentalité en France, on montrera que la théorie relationnelle du genre permet de distinguer non pas deux mais bien quatre pôles contradictoires au regard de  l’analyse des normes et des enjeux de droit.
Le 11 mars 2014  à 13h:
Genre, couple, filiation: les sciences sociales et le débat sur le Pacs (4)
Irène THERY
b)  De 15h à 17h séquence II : « Genre, personne et parenté dans l’Assistance médicale à la procréation (AMP) »  animée par quatre responsables ; Laurence Brunet, Martine Gross, Jennifer Merchant, Irène Théry. Le thème de cette année sera :
Après la loi instituant une filiation adoptive de même sexe, les sciences sociales face au défi bioéthique
Notre hypothèse est que prendre en compte la dimension du genre et appréhender l’AMP comme un ensemble de relations sociales, éclaire singulièrement des question aussi diverses que : Les normes de préservation/non préservation de la fertilité personnelle (pour les hommes, pour les femmes), l’organisation des dons de sperme, d’ovocyte, d’embryon et de gestation dans le « don d’engendrement », l’anonymat des dons et le droit d’accès aux origines personnelles des personnes nées d’AMP, les conditions d’accès à l’AMP (couples de sexe opposé, couples de même sexe, personnes seules), les modèles sexués et familiaux implicites qui président à l’approche française dite « thérapeutique », les distinctions et rapports entre les concepts de « procréation », « d »engendrement » et de « filiation » en socio-anthropologie de la parenté etc.
Le 11 mars 2014 à 15 h:
« Faire famille à tout prix dans le contexte de l’AMP »
par Geneviève Delaisi de Parseval, psychanalyste, spécialiste des questions d’AMP
 
 
Problématique générale du séminaire Genre, personne, interlocution

Ce séminaire , qui en est à sa quatrième année, veut montrer ce que le genre apporte à la compréhension du lien social en général en confrontant la distinction de sexe aux « grandes théories » : individualisme méthodologique, holisme méthodologique,

interactionnisme, théories des speech acts etc. Il s’agit de montrer que les diverses conceptions de la distinction masculin/féminin renvoient à une certaine représentation non des sexes ou de la vie sexuelle seulement, comme on le croit en général dans une perspective étroitement individualiste et moderne, mais bien de la personne elle-même.
De quoi parlons-nous quand nous évoquons la distinction sociale masculin/féminin ? La plupart des théories actuelles considèrent comme une évidence de définir le genre comme un attribut identitaire des personnes. Elles adoptent ainsi une philosophie dualiste opposant le « moi » (doté d’une identité de genre) et le « corps » (doté d’une identité de sexe). Mais une alternative est possible : refuser un tel dualisme et considérer le genre comme une modalité des actions et relations dotées de sens.
Ce séminaire développe une approche relationnelle du genre fondée sur une anthropologie historique et comparative renouvelée par les apports de la philosophie analytique de l’action et de l’interlocution. Concevant la personne non comme une hypostase, un « moi » ou « self » intérieur, mais comme l’individu tour à tour agent, patient et attributaire de l’actus humanus, cette approche place au centre de l’attention l’alternance entre les trois personnes grammaticales distinguant/liant les trois positions de l’interlocution : le je de celui qui parle, le tu de celui à qui on parle, le il/elle de celui ou celle dont on parle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search